Paris Match Belgique

Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison, dont un ferme

nicolas sarkozy prison affaire des ecoutes

Nicolas Sarkozy lors de son arrivée à la chambre du Tribunal correctionnel de Paris, ce lundi 1er mars. | © ABACAPRESS.

Politique

L’ancien président de la République a été jugé coupable de corruption et de trafic d’influence, dans le cadre du procès de l’« affaire Bismuth ». Il écope d’une peine de 3 ans de prison, dont deux avec sursis. Son avocat Thierry Herzog et l’ex magistrat Gilbert Azibert sont également condamnés.

D’après un article Paris Match France de A.G. avec AFP

Nicolas Sarkozy s’est rendu coupable de corruption et de trafic d’influence, a considéré lundi le tribunal correctionnel de Paris. L’ancien président de la République a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis.

Lire aussi > Exclusif : L’insaisissable Ziad Takieddine, accusateur de Nicolas Sarkozy, change sa version

Il était poursuivi dans le cadre de l’« affaire Bismuth », dite également « affaire des écoutes », une procédure née de l’enquête sur une autre affaire, celle des liens entre Nicolas Sarkozy et la Libye de Mouammar Kadhafi.

Un « pacte de corruption »

L’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, était également poursuivi, ainsi que le magistrat retraité Gilbert Azibert. Ils ont été reconnus coupables des mêmes faits. Un « pacte de corruption » existait bien entre les trois hommes, a estimé le tribunal. Thierry Herzog et Gilbert Azibert reçoivent la même peine que l’ancien président français, assortie pour l’avocat d’une interdiction d’exercer pendant cinq ans.

Début décembre, le parquet national financier (PNF) avait requis quatre ans d’emprisonnement dont deux ferme contre Nicolas Sarkozy estimant que l’image présidentielle avait été « abîmée » par cette affaire aux « effets dévastateurs ».

Lire aussi > Nicolas Sarkozy comparé à « un délinquant chevronné » par le parquet national financier

« Je ne reconnais aucune de ces infamies avec lesquelles on me poursuit depuis six ans », avait déclaré Nicolas Sarkozy durant l’audience en novembre dernier. L’ancien président et son avocat étaient accusés d’avoir sollicité des informations auprès de Gilbert Azibert, à l’époque magistrat à la Cour de cassation, en 2014. En jeu : le sort des agendas de Nicolas Sarkozy, saisis dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Bettencourt. En échange de ce service, Gilbert Azibert aurait sollicité l’appui de Nicolas Sarkozy pour un poste de conseiller d’Etat à Monaco.

CIM Internet