Paris Match Belgique

Tous les socialistes membres du CA de Publifin démissionnent

André Gilles, président du CA de Publifin

Politique

C’est le journal L’Echo qui l’annonce : après Paul Furlan, c’est l’ensemble des socialistes du conseil d’administration de Publifin qui jettent le gant.

Dans un premier temps, le journal économique avait annoncé que l’ensemble du conseil d’administration démissionnait.  A la suite de cette annonce, Ecolo a réagi en excluant que ses administrateurs démissionnent de concert avec les socialistes et les libéraux : « Nos administrateurs ont parfaitement fait leur travail, ce ne sont pas les socialistes qui vont décider qui doit démissionner ou non », indique Zakia Khattabi. Les membres du CdH avaient, quant à eux, déjà démissionné tout comme   le socialiste Claude Parmentier, ex-membre du cabinet de  Paul Furlan qui vient de remettre sa démission en tant que ministre wallon.

Pour rappel, le conseil d’administration de Publifin (ex-Tecteo) est composé de représentants de la province de Liège et des communes.  Stéphane Moreau, « le grand patron » de Nethys, n’a aucun mandat au sein de ce conseil d’administration.

Cette probable démission arrive le jour d’autres révélations du journal L’Echo qui a révélé que des décisions prises en 2008 par Paul Magnette, à l’époque ministre fédéral de l’énergie, avaient permis aux distributeurs de gaz et d’électricité (dont l’ex-Tecteo) d’engranger de substantiels bénéfices.

Paul Magnette a réagi en démentant ce jeudi toute mesure prise en faveur des distributeurs de gaz et d’électricité. alors qu’il était ministre fédéral en charge du Climat et de l’Énergie. En 2008, il a veillé à prendre en compte les obligations de service public auxquelles étaient contraints les distributeurs dans la fixation des tarifs, a-t-il expliqué à la suite d’un article paru dans l’Echo. Le ministre a fait à l’époque le tour des distributeurs d’énergie au nord et au sud du pays. Les obligations de service public établies par les Régions pesaient alors lourdement sur leurs coûts. A l’issue de cette concertation, certaines de ces obligations ont été prises en compte, mais pas toutes, souligne l’actuel ministre-président wallon. Par ailleurs, les distributeurs se sont vus imposer des économies par le biais d’un coefficient de productivité. M. Magnette conteste donc les 20 millions d’euros engrangés par Tecteo chaque année étant donné que le calcul ne se fonde que sur les recettes et non les coûts. « Or, quand on calcule le bénéfice d’une entreprise, on doit soustraire les coûts des recettes. Le but n’a jamais été de hausser un bénéfice », a-t-il ajouté. Selon le quotidien, M. Magnette a pris à son compte la rédaction d’un arrêté royal qui a permis par la suite aux distributeurs de gaz et d’électricité de faire exploser leur cagnotte. Grâce à cette mesure, Tecteo (aujourd’hui Publifin) a engrangé annuellement de 2008 à 2014, année de la régionalisation de cette compétence, 20 millions d’euros supplémentaires, affirme l’Echo. Tecteo aurait d’ailleurs à l’époque fait un lobbying intense auprès de Magnette, fraichement arrivé au fédéral, selon un expert cité anonymement.

(Avec Belga)

CIM Internet