Paris Match Belgique

Kazakhgate : Armand de Decker démissionne de son poste de bourgmestre d’Uccle

Armand De Decker. | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Politique

Sous pression depuis un long moment dans le scandale du Kazakhgate, Armand De Decker a annoncé sa démission du maïorat d’Uccle ce samedi.

Olivier Maingain, président du parti DéFi, appelait ce samedi matin, dans les colonnes du journal le Soir, à la démission du bourgmestre ucclois Armand De Decker (MR). « Nous attendons que le MR prenne une initiative sans tarder en ce qui concerne la fin du maïorat d’Armand De Decker à Uccle. Maintenant que le rôle de M. De Decker est de plus en plus évident dans le scandale du Kazakhgate, je ne peux pas admettre, comme président de parti associé à cette majorité, que les choses restent en l’état », a-t-il répondu dans l’interview parue samedi à la suite d’une question sur les scandales de gouvernance, rapporté par Belga. « Le MR doit donner un signal très rapidement sur la manière de gérer la succession de M. De Decker à la tête de la commune. Si Yvan Mayeur a dû se retirer avant toute forme de poursuite, il n’y a pas de raison que M. De Decker reste plus longtemps à la tête de la commune », a-t-il encore estimé.

Lire aussi : La pièce la plus accablante du Kazakhgate n’est pas un faux

Quelques heures plus tard, c’est chose faite. Christophe Cordier, le porte-parole du Mouvement Réformateur, a annoncé sur son compte Twitter qu’Armand De Decker démissionnait de ses fonctions de bourgmestre. Dans un communiqué, il explique sa décision par sa volonté de « préserver la sérénité dans la gestion de la commune » et le « climat délétère » autour du dossier Kazakhgate. Un point reste encore sans réponse : pendant combien de temps restera-t-il encore en fonction ?

Lire aussi : Kazakhgate : enquête sur le Belge à l’origine du scandale

Armand De Decker réaffirme qu’il n’a « participé en rien » à l’élaboration de la loi qui a étendu la transaction pénale et qui aurait bénéficié au trio kazakh. « Je reste serein et totalement confiant dans les institutions et dans la justice de notre pays« , ajoute-t-il. Il n’a pas encore été entendu par la commission d’enquête.

Le président du parti, Olivier Chastel a quant à lui réagi sur Twitter : « Je prends acte de la démission d’Armand De Decker. Sa décision était indispensable pour assurer une gestion sereine de la commune d’Uccle« .

Quel rôle aurait-il joué ?

L’ancien président du Sénat est soupçonné d’avoir joué un rôle central dans l’affaire de corruption liée au milliardaire belgo-kazakh Patokh Chodiev. Armand De Decker aurait usé de son influence pour faire adopter une loi élargissant la transaction financière en matière pénale, mi-2011. Le milliardaire en avait immédiatement profité, en payant 23 millions d’euros et échappant à des poursuites judiciaires pour des affaires de faux, association de malfaiteurs et de blanchiments d’argent.

Avocat de Chodiev, Armand De Decker aurait également reçu plus de 700 000 euros, au titre de « remerciements » pour son intervention, révélait le Canard Enchaîné en 2015.

(Avec Belga)

 

CIM Internet