Paris Match Belgique

Haut-Karabakh : Un an après la reprise des combats, un hommage est rendu aux victimes

Ce 27 septembre 2021, une marche a eu lieu dans les rues de Bakou pour commémorer ceux qui sont morts au cours de six semaines de combat pour le contrôle de la région du Haut-Karabakh. | © Belga Image

Politique

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont rendu lundi un hommage aux milliers de victimes de guerre pour le contrôle de la région du Nagorny-Karabakh.

Un an après la reprise du conflit en Nagorny-Karabakh, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont rendu un hommage aux victimes.  Ces deux pays du Caucase ont observé une minute de silence et organisé des cérémonies religieuses.  Les combats avaient débuté le 27 septembre 2020 et avaient duré six semaines. Chaque camp accuse l’autre d’être responsable de ce conflit qui avait fait plus de 6.500 victimes. Il s’était conclu par une lourde défaite arménienne et la signature d’un cessez-le-feu, sous médiation russe, octroyant à l’Azerbaïdjan d’importants territoires qu’il réclamait depuis une première guerre au début des années 1990.

Lire aussi > Afghanistan : Les Talibans sont « prêts à collaborer avec qui les acceptera »

« Nos martyrs resteront à jamais dans nos cœurs », a affirmé Ilham Aliev, le président azerbaïdjanais, lors d’un discours à la nation.  « Si nous voyons une nouvelle menace peser sur notre peuple ou notre Etat, nous écraserons le fascisme arménien », a-t-il ajouté. A midi, heure locale, l’ensemble du pays a respecté une minute de recueillement. Des milliers de soldats ont également défilé dans Bakou, portant les portraits de leurs camarades tués au combat.

En Arménie, le Premier ministre Nikol Pachinian a, lui, déposé des fleurs lundi matin sur des tombes d’un cimetière militaire de la capitale Erevan, puis a visité un hôpital pour les blessés de guerre. « Je m’incline à la mémoire des morts et devant leurs familles », a écrit le président arménien, Armen Sarkissian, sur son compte Facebook. Dimanche soir, ce sont près de 3.000 Arméniens qui, portant des flambeaux, ont marché du centre d’Erevan jusqu’à un mémorial.

La Premier ministre arménien, Nikol Pachinian s’est recueilli, en hommage aux victimes. © Belga

Un conflit résolu ?

Peuplée majoritairement d’Arméniens, la région montagneuse du Nagorny-Karabakh, soutenue par Erevan (capitale arménienne), avait fait sécession de l’Azerbaïdjan à la chute de l’URSS, entraînant une première guerre qui a causé la mort de 30.000 personnes et fait des centaines de milliers de réfugiés. A l’issue de la reprise des combats à l’automne 2020, l’Arménie a dû céder une partie de cette enclave et d’importants territoires qui l’entourent, sous la supervision de 2.000 soldats de la paix russes déployés sur place. Les tensions sont néanmoins restées fortes et des accrochages éclatent périodiquement à la frontière entre les deux pays, faisant craindre un nouvel embrasement.

Avec Belga

Mots-clés:
Azerbaïdjan Arménie
CIM Internet