Paris Match Belgique

Accueilli comme une rockstar à Glastonbury, Jeremy Corbyn défie Theresa May sur scène

Les jeunes britanniques ont voté en masse aux dernières élections législatives. | © AFP PHOTO / Oli SCARFF

Politique

Alors que 60% des jeunes britanniques ont voté pour le parti travailliste aux dernières élections, pas étonnant que Jeremy Corbyn ait été particulièrement bien accueilli par le public du Glastonbury Festival. Il y a défendu les réfugiés et dénoncé l’incendie de la tour Grenfell et la politique de Theresa May.

Le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn a été accueilli comme une rockstar sur la scène principale du festival de Glastonbury à Pilton (ouest de l’Angleterre) samedi, où il a prononcé un discours passionné en faveur de la justice sociale et défié Theresa May. Devant une foule compacte qui scandait son nom, il a exprimé son soutien aux réfugiés et à la jeunesse, vanté la défense de l’environnement et taclé le président américain Donald Trump, avant de s’adresser directement à la Première ministre.

Jeremy Corbyn a commencé son intervention en faisant référence au drame de la tour Grenfell, un immeuble londonien de 24 étage ravagé par un incendie qui a fait au moins 79 morts dans la nuit du 13 au 14 juin. « Est-il juste que tant de gens soient effrayés de vivre dans leur logement ? Est-il juste que tant dans gens vivent dans la pauvreté, dans une société avec autant de richesses ? », s’est-il indigné. Il a ensuite pris la défense des réfugiés, « des êtres humains qui cherchent un lieu où vivre en sécurité », dénonçant le dénigrement dont ils font l’objet selon lui.

Lire aussi > Législatives au Royaume-Uni : la revanche des jeunes

©AFP PHOTO / Oli SCARFF

Il a également pointé du doigt la pollution et le réchauffement climatique. « Nous n’avons qu’une seule Terre, personne, pas même Donald Trump, ne pense que nous disposons d’une autre planète quelque part. Alors protégeons-là ! », s’est-il emporté.

« Nous pouvons changer les choses »

Face à « une société où les riches semblent devenir inexorablement plus riches, quand la grande majorité est continuellement perdante« , il a exhorté le public : « nous pouvons changer les choses – nous pouvons améliorer les choses », a-t-il déclaré. Il a cité quelques vers du poète britannique Percy Bysshe Shelley semblables au slogan du Parti travailliste, « nous sommes la multitude, ils ne sont que quelques-uns ».

Reprenant des accents plus politiques, il a défié la Première ministre: « Je veux simplement dire à Theresa May (…) que nous sommes partants pour de nouvelles élections quand vous voulez », a-t-il lancé.

Vendredi, le leader du groupe Radiohead, Thom York, s’en était déjà pris à la cheffe du gouvernement, lui demandant de « fermer la porte en partant« , dans une référence au 10, Downing Street, résidence de la Première ministre.

CIM Internet