Paris Match Belgique

Crise en Ukraine : Joe Biden envoie 3000 soldats supplémentaires et s’engage à se coordonner avec Macron

joe biden emmanuel macron ukraine

Joe Biden et Emmanuel Macron, le 29 octobre 2021 au Vatican. | © Brendan SMIALOWSKI / AFP.

Politique

Les deux chefs d’Etat se sont entretenus lors d’une conversation téléphonique au sujet de la situation en Ukraine.

Le président américain Joe Biden et son homologue français Emmanuel Macron se sont engagés, mercredi 2 février, à coordonner leur réponse à la présence militaire russe à la frontière ukrainienne, a expliqué la Maison Blanche. Les deux dirigeants se sont entretenus lors d’une conversation téléphonique.

Plus tôt, Emmanuel Macron n’avait pas exclu de se rendre en Russie pour trouver une solution diplomatique à la crise. Les deux chefs d’Etat « ont affirmé leur soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », selon l’exécutif américain. Ils ont aussi passé en revue « la coordination en cours au niveau à la fois de la diplomatie et des préparatifs pour imposer des mesures économiques rapides et sévères à la Russie si elle envahissait davantage l’Ukraine ».

La guerre des mots, pour l’instant

La Maison Blanche a également annoncé, quelques heures avant l’entretien, que 3 000 militaires sont attendus « dans les prochains jours » en Allemagne, en Pologne et en Roumanie, en prévention d’une éventuelle invasion russe de l’Ukraine, alors que la Russie n’affiche aucune intention de réduire sa présence militaire aux frontières de l’Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a, lui, dénoncé lors d’une conversation avec le Premier ministre britannique Boris Johnson le refus de l’Otan de prendre en compte les inquiétudes de son pays pour sa sécurité. Il a en outre accusé les autorités ukrainiennes de « sabotage chronique » des accords de paix de Minsk signés en 2015 entre Kiev et les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine.

Lire aussi > Ukraine : La Russie rejette les menaces de sanctions américaines

Ces accords ont permis une diminution substantielle des violences, mais n’ont pas mis fin à la guerre qui oppose depuis 2014 séparatistes pro-russes parrainés par Moscou et forces de Kiev.

Avec agences

CIM Internet