Paris Match Belgique

Pékin dénonce une « sérieuse provocation » des États-Unis en mer de Chine

Le geste de Washington semble confirmer un certain raidissement de ses relations avec Pékin. | © AFP PHOTO / US NAVY / Kryzentia Weiermann

Politique

Un navire militaire américain s’est approché dimanche d’une île contrôlée par Pékin en mer de Chine méridionale, suscitant la colère de Pékin à quelques heures d’une conversation téléphonique prévue entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping.

Le passage d’un navire militaire américain à proximité d’une île occupée par Pékin en mer de Chine méridionale constitue « une sérieuse provocation politique et militaire », a déclaré dimanche le ministère chinois des Affaires étrangères. En réaction à la présence de ce bâtiment américain, la Chine a envoyé des navires militaires et des chasseurs pour l’éloigner, a déclaré Lu Kang, porte-parole du ministère, dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle Xinhua (Chine nouvelle).

Le navire, le USS Stethem, s’est approché dimanche à moins de 12 milles nautiques de l’île Triton, dans l’archipel Paracel, contestant de facto la souveraineté chinoise sur ce territoire occupé par Pékin depuis des décennies, mais également revendiqué par le Vietnam et Taïwan.

Une précédente « opération de liberté de navigation » en mai

Cet incident qualifié par Washington d’« opération de liberté de navigation » est intervenu quelques heures avant une conversation téléphonique que devaient avoir les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping. « La partie chinoise appelle avec force la partie américaine à cesser immédiatement ce genre d’opérations provocatrices qui violent la souveraineté de la Chine et menacent la sécurité de la Chine », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La Chine continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et sa sécurité nationales, a ajouté le porte-parole. Il s’agit de la deuxième opération américaine de « liberté de navigation » destinée à contester les visées territoriales de la Chine dans cette zone maritime stratégique depuis l’arrivée au pouvoir de l’administration Trump. La première opération avait eu lieu le 25 mai, dans l’archipel Spratley, plus au sud.

Des facteurs négatifs

Les relations bilatérales sino-américaines s’étaient réchauffées depuis une rencontre entre les deux dirigeants en avril. Mais elles ont viré à l’aigre ces derniers jours suite à plusieurs initiatives de Washington qui ont provoqué la colère de Pékin. « Les relations bilatérales ont été affectées par des facteurs négatifs. Nous espérons que les États-Unis pourront traiter correctement les questions relatives à Taïwan en conformité avec le principe d’une seule Chine », a insisté Xi Jinping, selon la télévision d’Etat CCTV. Le geste de Washington semble confirmer un certain raidissement de ses relations avec Pékin, après les efforts de rapprochement exprimés début avril lors du sommet de Mar-a-Lago en Floride entre les deux présidents.

Xi Jinping et Donald Trump ont évoqué la dénucléarisation de la Corée du Nord, l’amélioration des liens commerciaux, mais pas cet incident maritime, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Mots-clés:
États-Unis Chine mer
CIM Internet