Paris Match Belgique

Faudrait-il renommer le président de la Fifa « Infâmetino » ?

La président de la Fifa a déclenché une polémqiue suite à ses propos tenus cette semaine aux Etats-Unis. | © Photo by Patrick T. FALLON / AFP

Politique

Quelle mouche a bien pu piquer l’Italien Gianni Infantino au moment de s’exprimer lors d’une conférence mondiale du Milken Institute à Los Angeles sur le sujet des migrants ayant travaillé sur les chantiers au Qatar en vue de la coupe du monde 2022… A-t-il complètement perdu le sens des réalités ?

 

Par Laurent Depré

« Quand on donne du travail à quelqu’un, même si les conditions sont dures, on lui donne de la dignité et de la fierté. Ce n’est pas de la charité.(…) Mais grâce à la FIFA, grâce au football, nous avons pu nous occuper du statut de tout le million et demi de travailleurs qui sont au Qatar. (…) Trois personnes sont mortes en construisant les stades du prochain Mondial »…

Tout d’abord, un rappel, le quotidien britannique The Guardian, connu pour son sérieux journalistique, évoquait en février 2021 le coût en vies humaines de tous ces chantiers. L’enquête parlait de 6 500 ouvriers décédés depuis 2010… Citer trois décès comptabilisés au total n’est, pour utiliser une image footballistique, rien d’autre qu’un tacle au niveau du tibia pour tous ces migrants dont la vie, en effet, ne pèse vraiment pas très lourd. Indigne et infâme pour rester courtois.

Le président de la Fifa, qui réside en famille depuis de longs mois au Qatar en prévision de l’évenement, vit-il désormais dans un autre monde ? Sa sortie, s’il restait encore une once de doute, démontre une nouvelle fois que le sport business qu’est le football à travers la Fifa a tourné le dos définitivement à ses valeurs fondamentales : respect de l’autre, solidarité, intégration, lutte contre le racisme… On en est bien loin. Depuis l’attribution de la coupe du monde à ce pays du Golfe, la Fifa semble s’être assise sur toute moralité. Attitude décomplexée à tous les étages, enfin surtout le dernier.

Es-il conscient qu’il est en route pour dégoûter même les « tièdes » quant à l’organisation de cette grand messe du foot au Qatar ? Alors que la défience s’organise de plus en plus pour boycotter ce Mondial à mesure que l’on se rapproche de son ouverture ? N’a-t-il comme seul gouvernail que la vente de tickets pour les matches qui s’écoulent, c’est vrai, normalement ? 

Alors que l’on vient de fêter le travail dimanche dernier dans tous les pays du monde, la Fifa vient d’en donner sa vision pour son « head of » : « Sois comptant de travailler, souffres et surtout tais-toi ».

CIM Internet