Paris Match Belgique

Emmanuel Macron et Donald Trump dîneront le 13 juillet à la Tour Eiffel

Les deux hommes se sont rencontrés à nouveau au G20. Ils se reverront, à l'invitation du Français, pour le 14 juillet à Paris. | © Christian Charisius/DPA

Politique

Que serait une visite à Paris sans un passage à l’une de ses grandes tables ? Invité du défilé du 14 Juillet, Donald Trump doit retrouver Emmanuel Macron la veille pour dîner, avec l’ensemble de la délégation américaine. Selon les informations de Paris Match, le président français et son homologue américain se retrouveront jeudi soir 13 juillet, au restaurant Le Jules Verne du chef Alain Ducasse, situé au premier étage de la Tour Eiffel.

Plusieurs grandes adresses parisiennes avaient été proposées par la diplomatie française à la délégation américaine, qui a fini par trancher en faveur du Jules Verne. C’est sans doute le symbole de la Tour Eiffel qui a fait pencher l’équipe de la Maison Blanche en faveur du prestigieux restaurant d’Alain Ducasse.

À lire aussi > Baptême du feu au G20 pour Donald Trump et Emmanuel Macron

Le défilé du 14 juillet mettra à l’honneur les soldats américains, célébrant le centenaire de leur engagement dans la Grande guerre, ainsi que les forces françaises engagées contre le Groupe Etat islamique, a annoncé mercredi le gouverneur militaire de Paris. Au total, 3765 hommes défileront à pied entre l’Arc de Triomphe et la Place de la Concorde sur laquelle auront pris place les présidents.

Un invitation polémique

La dernière présence d’un président américain au défilé remonte à 1989, pour le bicentenaire de la Révolution française. George Bush y avait alors assisté, tout comme le chancelier allemand Helmut Kohl et la Première ministre britannique Margaret Thatcher, à l’invitation de François Mitterrand.

À lire aussi > Donald Trump aux côtés d’Emmanuel Macron pour le 14 juillet

La décision d’Emmanuel Macron d’inviter Donald Trump le 14 Juillet à Paris avait suscité un début de polémique. « Ce n’est pas (M. Trump) qui a vocation à être mis en avant, ce sont les Etats-Unis d’Amérique qui il y a cent ans sont venus libérer la France », avait  justifié le porte-parole du gouvernement sur LCI.

Christophe Castaner avait ajouté que l’invitation avait un dimension politique, Emmanuel Macron souhaitant « tendre la main » au président des Etats-Unis pour le « ramener dans le cercle » et « faire en sorte » qu’il ne soit « pas isolé ».

CIM Internet