Paris Match Belgique

« Partygate », scandales sexuels : Boris Johnson s’accroche au pouvoir malgré une cascade de démissions

boris johnson

Boris Johnson ce mardi 5 juillet. | © Daniel LEAL / AFP.

Politique

Depuis mardi, quatre ministres ont démissionné du gouvernement britannique. Ebranlé par de nombreux scandales, Boris Johnson est accusé cette fois-ci de mensonge dans une affaire à caractère sexuel.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé mercredi sa détermination à « continuer » le mandat qui lui a été confié, malgré les démissions en cascade au gouvernement qui l’affaiblissent, sur fond de scandales à répétition.

« Nous allons continuer à remplir le mandat qui m’a été confié », a déclaré le chef du gouvernement lors d’une séance hebdomadaire de questions au Parlement particulièrement électrique. « Le travail d’un Premier ministre dans des circonstances difficiles, quand un mandat colossal lui a été confié, est de continuer, et c’est ce que je vais faire », a-t-il ajouté.

Rétropédalage

Boris Johnson a ensuite déclaré que, « rétrospectivement », il aurait dû réaliser que le député conservateur Chris Pincher, qu’il avait nommé en février dernier au poste en vue de « chief whip » adjoint au Parlement, malgré des accusations d’agression sexuelle déjà en 2019, n’aurait pas changé.

Ce dernier a démissionné la semaine dernière après avoir été accusé d’attouchements sur deux hommes (dont un député, selon Sky News), devant des témoins dans un club privé londonien, le Carlton Club, entraînant des plaintes auprès du parti. Dans une lettre de démission datée de jeudi 30 juin, Chris Pincher a reconnu avoir « beaucoup trop bu » et présente des excuses pour s’être « couvert de honte, [lui] et d’autres personnes ».

Ces accusations ne sont pas les premières. Boris Johnson avait dans un premier temps nié avoir été mis au courant d’accusations plus anciennes contre ce « whip » en chef adjoint. Une version depuis discréditée par un ancien haut fonctionnaire.

Ce dernier d’une série de scandales qui éclaboussent le mandat du dirigeant conservateur a mené à la démission en 24 heures de 18 membres de son gouvernement, dont plusieurs ministres importants, selon un décompte de la BBC après la séance parlementaire de la mi-journée. Déterminé à rester au 10 Downing Street, Boris Johnson, dont l’étoile a pâli depuis son accession triomphante au pouvoir en 2019, a défendu l’action de son gouvernement, vantant des baisses d’impôt devant les députés lors de la séance hebdomadaire de questions au Premier ministre.

Le chef de l’opposition travailliste, Keir Starmer, a fustigé un « spectacle pathétique » tandis que le leader du parti nationaliste écossais SNP à la chambre des communes, Ian Blackford, a exigé la tenue d’élections anticipées. Deux députés conservateurs ont demandé à Boris Johnson de démissionner lors de la séance de questions hebdomadaires.

Avec Belga

CIM Internet