Paris Match Belgique

Pourquoi le porte-parole de la Maison Blanche a-t-il claqué la porte

Sean Spicer avait choqué le monde entier en comparant Bachar al-Assad à Adolf Hitler. | © AFP PHOTO / Brendan Smialowski

Politique

À 45 ans, Sean Spicer a présenté sa démission en protestation après l’embauche par Donald Trump d’un nouveau directeur de la communication.

Le président américain Donald Trump a nommé un nouveau directeur de la communication pour la Maison Blanche, sur fond de secousses liées à l’affaire russe, un choix qui a été immédiatement suivi par la démission du porte-parole Sean Spicer, selon plusieurs sources distinctes.

« Trop de chefs en cuisine »

M. Trump a choisi Anthony Scaramucci, 53 ans, a indiqué vendredi à l’AFP une source proche des délibérations. Ce dernier a même été aperçu dans la matinée à la Maison Blanche, se préparant à s’exprimer devant le personnel.

Lire aussi > Donald Trump : vers un plan de restructuration de la Maison Blanche

Plusieurs médias ont rapidement indiqué que le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer avait démissionné parce qu’il était en profond désaccord avec ce choix. « J’ai juste pensé qu’il était dans l’intérêt de notre équipe de communication (…) qu’il n’y ait pas trop de chefs en cuisine », a résumé Sean Spicer sur Fox News ce vendredi, après avoir annoncé sa démission, après seulement six mois à la Maison Blanche.

M. Scaramucci, un dirigeant de société d’investissements de 53 ans, est appelé à remplacer Michael Dubke qui avait remis sa lettre de démission au président le 18 mai. Évoquant un départ pour raisons « personnelles », ce personnage plutôt discret n’avait occupé ce poste que trois mois. C’est Sean Spicer qui effectuait l’intérim depuis son départ.

Lire aussi > Comparer Assad à Hitler : la bourde du porte-parole de la Maison Blanche

Le poste de directeur de la communication est, sur le papier, stratégique, mais le porte-parole de la Maison Blanche, qui est le visage et la voix de l’exécutif en quotidien, est en première ligne.

Bon vent

Sean Spicer était cependant sur la sellette depuis des semaines, victime des critiques de son patron face au désordre dans la communication présidentielle. Donald Trump n’a pourtant pas manqué de lui rendre hommage sur Twitter : « Sean Spicer est une personne merveilleuse qui a été terriblement maltraitée par les médias des Fake News – mais son avenir est brillant ! »

CIM Internet