Paris Match Belgique

Les États-Unis accélèrent le déploiement de leur nouvelle bombe nucléaire en Europe

bombe nucélaire américaine belgique europe

Un F-16 de l'armée belge lors de l'exercice nucléaire annuel de l'Otan, baptisé Steadfast Noon. (Le 18 octobre 2022) | © Kenzo TRIBOUILLARD / AFP.

Politique

La base aérienne de Kleine-Brogel (Limbourg) est présumée accueillir la bombe à gravité améliorée B61-12 dés décembre.

 

Les États-Unis ont accéléré le déploiement en Europe de la nouvelle version de leur bombe nucléaire tactique, plus précise, sur des bases aériennes de l’Otan en Europe, a rapporté jeudi le site Politico, citant un câble diplomatique américain et deux personnes proches du dossier.

L’arrivée de la bombe à gravité améliorée B61-12, initialement prévue pour le printemps prochain, est désormais prévue pour décembre, ont indiqué des responsables américains à leurs alliés de l’Otan lors d’une réunion à huis clos à Bruxelles à la mi-octobre, révèle le câble cité par le média en ligne. Cette décision, qui consiste à remplacer les anciennes B61 par la version la plus récente dans diverses installations de stockage en Europe pour une utilisation potentielle par des avions de combat américains et alliés, intervient dans un contexte de fortes tensions avec la Russie, dont le président, Vladimir Poutine, menace régulièrement de recourir à l’arme nucléaire en cas d’« agression. »

Lire aussi > La Russie a informé les Etats-Unis de récents exercices nucléaires

L’annonce américaine lors de la réunion de Bruxelles est intervenue quelques jours avant que l’Otan n’entame son exercice nucléaire annuel, baptisé Steadfast Noon. L’exercice se tient du 17 au 30 octobre et rassemble quelque 60 avions de 14 nationalités – dont une partie opère depuis la base aérienne belge de Kleine-Brogel (Limbourg). Selon Politico, deux personnes familières avec le projet de déploiement des B61-12 en Europe ont confirmé, sous le couvert de l’anonymat, l’accélération mentionnée dans le câble diplomatique confidentiel.

Ce document, rédigé pour être distribué au sein du Pentagone et du Département d’État afin de donner aux décideurs un aperçu de ce qui a été discuté entre les ministres de la Défense lors de la réunion de l’Otan, indique clairement que les alliés sont nerveux.


Avec Belga

CIM Internet