Paris Match Belgique

Brésil : Élu président, Lula veut retrouver la « paix, l’unité et une Amazonie en vie »

lula brésil

Luis Inacio Lula da Silva lors de son premier discours en tant que nouveau président du Brésil, le 30 octobre à Sao Paulo. | © Suamy Beydoun / AGIF / Sipa USA.

Politique

L’ancien président brésilien de gauche a été élu président du Brésil, a confirmé la commission électorale dimanche soir. Il a vaincu de justesse dans les urnes le président sortant d’extrême droite Jair Bolsonaro à l’issue du second tour de la présidentielle au Brésil.

Le Brésil repasse à gauche. Luiz Inacio Lula da Silva a obtenu 50,84% des voix, contre 49,16% pour le président sortant d’extrême droite, avec les résultats de 99% des bureaux de vote. C’est l’écart le plus serré entre deux finalistes de la présidentielle depuis le retour à la démocratie après la dictature militaire (1964-1985).

La marge est bien plus étroite que ce que prédisaient les sondages, qui avaient déjà sous-estimé le score de Jair Bolsonaro avant le premier tour. L’ancien métallo de 77 ans au destin digne d’un film de Hollywood, qui a connu la faim dans son Pernambouc (nord-est) natal, fera son retour au sommet de l’Etat le 1er janvier. Il a tweeté le mot « Democracia » dans un message posté peu avant minuit dimanche.

« Le Brésil est de retour »

Lula avait atteint une popularité record à l’issue de ses deux premiers mandats (2003-2010), mais avait ensuite connu la disgrâce, passant par la case prison, après des condamnations pour corruption finalement annulées pour vice de forme. Après cette victoire serrée, Lula va devoir composer avec un Parlement qui penche clairement à droite et devra nouer des alliances pour gouverner.

Jair Bolsonaro est le premier président se présentant à un second mandat à ne pas être réélu depuis le retour à la démocratie en 1985. Il s’agira pour Lula, 77ans, du troisième mandat à la tête du plus grand pays latino-américain après ceux des années 2003 à 2010.

« Le Brésil a besoin de paix et d’unité », a déclaré Lula, dimanche au soir de son élection à la présidence, ajoutant que son pays était « de retour » sur la scène internationale et ne voulait plus être un « paria ».

« Le Brésil et la planète ont besoin d’une Amazonie en vie », a ajouté l’icône de la gauche dans son discours de victoire, alors que le président défait d’extrême droite Jair Bolsonaro s’est attiré les critiques de la communauté internationale pour la déforestation record de la plus grande forêt tropicale du monde sous son mandat.

Avec Belga

CIM Internet