Paris Match Belgique

Après sa candidature à la présidentielle de 2024, Trump déjà moqué pour son slogan réchauffé

donald trump présidentielle slogan

Donald Trump lors de son discours annonçant sa candidature, ce mardi 15 novembre à Mar-a-Lago (Floride). | © ALON SKUY / AFP.

Politique

L’ancien président américain a ce mardi formellement annoncé son intention de retourner à la Maison Blanche en 2024. Il a accompagné sa candidature d’un slogan qui a beaucoup fait rire les internautes.

 

À peine candidat et déjà moqué. Donald Trump a annoncé sa candidature formelle à l’élection présidentielle de 2024, depuis sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago en Floride, et le premier candidat républicain connu a réchauffé un vieux slogan, deux ans après son échec face à Joe Biden. L’ancien président a ainsi lâché « Make America Great and Glorious Again » (« Rendre sa grandeur et sa gloire à l’Amérique »), soit une variante de son célèbre « Make America Great Again ». Passé le manque d’originalité, les internautes ont préféré se moquer allègrement de l’acronyme de ce slogan, soit « MAGAGA ».

« Le nouveau slogan de Trump ’’MAGAGA’’ m’a immédiatement fait penser à cette blague géniale des Simpsons »

« ’MAGA’ devenant ’MAGAGA’ est la pire évolution de Pokémon de tous les temps »

« #MAGAGA ? C’est digne d’une bande de bébés »

« Est-ce que Trump est en train de dire ’’Lady Gaga est notre mère’’ ?»

Lire aussi > Les très secrètes images du mariage de la fille de Donald Trump dévoilées

Notons que Donald Trump aura fort à faire pour briguer un second mandat, lui qui est fragilisé dans son propre parti et menacé par plusieurs ténors républicains, notamment le gouverneur de Floride Ron DeSantis. Promettant que l’Amérique était « de retour », il a dressé un tableau idyllique de son premier mandat, évoquant un pays en paix, prospère et respecté sur la scène internationale.

À l’inverse, il n’a pas eu de mots assez durs pour dénoncer le bilan de son successeur, le démocrate Joe Biden. Un pays plongé dans la violence et la criminalité, où la flambée des prix étrangle les ménages américains, où des « millions » de clandestins traversent la frontière avec le Mexique, s’est-il indigné.

Avec Belga

CIM Internet