Paris Match Belgique

« Les sanctions de l’UE sont un pas vers la guerre », selon Viktor Orban

vladimir poutine viktor orban

Vladimir Poutine et Viktor Orban en 2019, lors d'une conférence de presse à Budapest. | © Attila KISBENEDEK / AFP.

Politique

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a qualifié ce vendredi les sanctions de l’UE contre la Russie de « pas vers la guerre », intensifiant ses critiques contre une stratégie bruxelloise jugée « dangereuse ».

 

« Quiconque intervient économiquement dans un conflit militaire prend position », a déclaré le dirigeant nationaliste lors de sa traditionnelle interview à une radio proche du pouvoir. « Petit à petit, nous glissons vers la guerre », a-t-il insisté, s’inquiétant de l’accumulation de mesures prises pour sanctionner l’offensive russe en Ukraine.

On ne nous tire pas encore dessus, mais nous sommes sur le point de devenir un belligérant.

Viktor Orban s’oppose également à la proposition de la Commission européenne d’accorder à l’Ukraine une aide de 18 milliards d’euros pour 2023, sous forme de prêts dont les intérêts seraient pris en charge par les Etats membres. « La Hongrie ne va pas accepter que les membres de l’UE contractent ensemble des prêts pour aider l’Ukraine », a-t-il déclaré lors d’une conférence, selon des propos rapportés par l’agence de presse MTI. Il préconise plutôt le versement d’une somme, divisée « équitablement » entre les Vingt-Sept. La Hongrie pourrait fournir jusqu’à 70 milliards de forints (170 millions d’euros) dans le cadre d’un accord bilatéral avec Kiev, a-t-il précisé. Tout en maintenant des liens avec la Russie, Viktor Orban dénonce régulièrement la stratégie européenne – même s’il a voté l’ensemble des sanctions européennes aux côtés de ses partenaires.

Lire aussi > Guerre en Ukraine : Le témoignage édifiant d’un ancien mercenaire du groupe Wagner

Pour lui, elle est la principale raison des déboires économiques de ce pays d’Europe centrale. L’économie s’est contractée au troisième trimestre (en comparaison du deuxième) et l’inflation dépasse les 20%, atteignant même 45% dans l’alimentation. Le gouvernement a lancé une « consultation nationale » sur le sujet et placardé dans le pays des affiches avec un message flanqué d’une photo de missile : « Les sanctions de Bruxelles nous ruinent ».

Le Premier ministre s’est dit prêt à « combattre » un éventuel nouveau paquet de mesures et à faire en sorte que la Hongrie, très dépendante des hydrocarbures russes, en soit « exemptée », comme c’est le cas pour l’embargo sur le pétrole. « Maintenant nous fournissons des armes destructrices, nous entraînons des soldats ukrainiens sur notre propre territoire, nous imposons des sanctions sur l’énergie.(…) Nous devenons partie intégrante » du conflit, a insisté M. Orban à la radio. « On ne nous tire pas encore dessus, mais nous sommes sur le point de devenir un belligérant. L’Europe se livre à un jeu très dangereux », a-t-il conclu.

Avec Belga

CIM Internet