Paris Match Belgique

Les affres de la mauvaise gouvernance : « Les Wallons, ce n’est pas ça… Et ils ont honte »

Le greffier Frédéric Janssens et le président du Parlement wallon Jean-Claude Marcourt (PS) se sont rendus à Dubaï, en novembre 2021, pour l’Exposition universelle, en voyageant en classe business, en choisissant des hôtels prestigieux et en créant des frais astronomiques. Un voyage à 19 000 euros qui a poussé Jean-Claude Marcourt à la démission. | © Photo by Photonews

Politique

Martin Buxant (LN24) revient sur les affres de la mauvaise gouvernance en Wallonie et la démission de Jean-Claude Marcourt.


Un billet de Martin Buxant

Ne comptez pas sur moi pour être moqueur ou caustique. Franchement, je n’en ai pas envie. Et pourtant, ce serait facile : il n’y a qu’à se baisser pour ramasser les exemples de mauvaise gouvernance qui pleuvent ces derniers temps du côté du Parlement wallon, depuis les révélations du journal Le Soir. Mais, franchement, j’ai mal à ma Wallonie. J’ai mal pour celles et ceux qui se décarcassent à longueur d’année pour tirer leur région vers le haut. J’ai mal pour celles et ceux qui se battent chaque instant pour remettre la Wallonie d’équerre et lui donner un avenir meilleur.

À ceux-là, que reste-t-il, alors qu’ils doivent constater l’ampleur du foutage de gueule – il n’y a pas d’autres mot, désolé –, la mauvaise gouvernance et les sales petits arrangements bâtis à coup d’argent public au Parlement wallon ? Que leur reste-t-il alors qu’on leur a dit, qu’on leur a appris que le Parlement, c’est le temple de la démocratie et que, naïvement, ils l’ont cru ?

C’est vrai qu’ils pourraient se laisser abattre, dériver et voter pour des partis extrémistes, par exemple. Ça nous pend au nez à tous, effectivement, que, dégoûtés par tant de scandales, les Wallons se tournent massivement vers ceux-ci lors des prochaines élections. Qu’ils aillent cocher les cases de ceux qui leur promettent que « y a qu’à », « faut qu’on », « avec nous ça ne se passerait pas comme ça ».

Lire aussi > Suite aux polémiques, Jean-Claude Marcourt démissionne de la présidence du Parlement wallon

Ce serait ballot, parce que ça ne marchera pas : ceux-là n’ont pas la solution aux problèmes complexes de la Wallonie, des problèmes qui demandent des solutions calibrées, volontaristes et souvent nuancées. Je ne défends pas le système, ce qui se passe au Parlement wallon est inexcusable. Je dis juste que les extrêmes ne sont pas la solution. S’ils l’étaient, ça se saurait.

Depuis septembre dernier, le même greffier est suspendu pour six mois de ses fonctions (tout en touchant son salaire) à la suite de plaintes auprès de l’auditorat du travail pour harcèlement moral à l’égard de certains membres du personnel administratif du Parlement. Beaucoup s’interrogent également sur l’explosion des coûts pour la construction de l’extension de celui-ci (la Maison des Parlementaires) et d’un tunnel reliant l’institution à un parking situé à quelques dizaines de mètres. ©Photo by Photonews

Il faudra recommencer, tel Sisyphe et son rocher, reprendre depuis le bas de la colline, éjecter les brebis galeuses, expliquer que l’argent public est sacré, que chaque euro doit être utilisé avec la plus grande des précautions, dire la vérité aux Wallons, que cela va être difficile, que la Région n’a plus les moyens de certaines ambitions, que tout le monde, absolument tout le monde doit se retrousser les manches et se mettre au travail, mais qu’au bout du chemin, il y a une Wallonie debout et conquérante. Une Wallonie qui n’a rien à avoir avec ces sales petits arrangements qui lui font honte et entachent sa réputation devant tous les Belges.

Les Wallons, ce n’est pas ça. Et ils ont la honte. Faut y aller maintenant ; qu’on nettoie cette écurie d’Augias qu’est le Parlement wallon, qu’on mette en place une politique de gouvernance à la scandinave, transparence et clarté, responsabilité, et puis, surtout, qu’on se concentre enfin sur les vrais enjeux de cette magnifique région et qu’on lui redonne la place qui est la sienne : parmi le top européen.

Amis wallons, vos enfants, nos enfants, vous regardent. C’est maintenant qu’il faut leur montrer qu’une Wallonne et un Wallon, ça redresse la tête et ça se bat.

CIM Internet