Paris Match Belgique

Birmanie: Un moine bouddhiste anti-Rohingyas récompensé par la junte militaire

Ashin Wirathu est surnommé "Le Ben Laden bouddhiste" par le magazine américain Time. | © LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP

Politique

L’ancienne colonie britannique a décerné cette récompense à Ashin Wirathu, alors qu’elle célèbre ce mercredi le 75e anniversaire de son indépendance.

 

Avec Belga

Quelques jours après que la dirigeante déchue Aung San Suu Kyi ait été condamnée à un total de 33 ans de prison, la Birmanie célèbre le 75e anniversaire de son indépendance. Pour l’occasion, les troupes birmanes ont défilé dans les rues de Naypyidaw, la capitale établie par les militaires. La junte militaire a aussi décerné des récompensés honorifiques à des centaines de personnes. Parmi elles, un moine bouddhiste extrémiste, Ashin Wirathu. Il a ainsi reçu le titre de « Thiri Pianchy ».  Cette récompense décernée au nom d’un « travail exceptionnel pour le bien de l’Union de la Birmanie » lui a été remise par le chef de la junte militaire, Min Aung Hlaing. 

Connu pour ses diatribes contre les musulmans et tout particulièrement contre les Rohingyas persécutés, le moine de 53 ans était apparu en couverture du magazine américain Time, qui avait à l’époque titré « Le visage de la terreur bouddhiste ». Il était notamment surnommé « Le Ben Laden bouddhiste » par le Time, depuis les violences communautaires de 2013 en Birmanie. Ce moine avait appelé à boycotter les boutiques tenues par des personnes musulmanes et à limiter les mariages inter-religieux entre bouddhistes et musulmans.

Selon des groupes de défense des droits humains, ses appels à la haine ont contribué à attiser l’animosité envers la communauté musulmane birmane, préparant ainsi le terrain à la répression militaire de 2017 qui a contraint environ 740.000 Rohingyas à fuir vers le Bangladesh. Après avoir été emprisonné par le gouvernement d’Aung San Suu Kyi pour « discours séditieux », Ashin Wirathu a été libéré par la junte militaire, qui a retiré toutes les charges retenues contre lui.

CIM Internet