Paris Match Belgique

Le gouvernement Michel durcit sa chasse à la fraude sociale

Objectif: récolter 52 millions deuros | © BELGA PHOTO JOHANNA GERON

Politique

Le gouvernement fédéral compte contrôler de plus près les gens bénéficiant d’avantages sociaux pour mieux lutter contre la fraude. Les amendes deviennent plus sévères, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad mardi. 

Le gouvernement fédéral va intensifier la lutte contre la fraude sociale. Des contrôles plus poussés et systématiques seront réalisés visant les situations familiales impliquant des bénéfices sociaux. L’Onem et l’Inami travailleront ensemble pour détacher des inspecteurs et comparer leurs bases de données afin de déceler des situations suspectes (datamining).

Lire aussi > Le gouvernement fête le bouclage du budget à Tomorrowland

Objectif 52 millions

Et les sanctions pour les fraudeurs sociaux seront aussi plus sévères. En plus du remboursement des bénéfices indus, les amendes seront plus conséquentes. Ces nouvelles mesures devraient selon les projections budgétaires rapporter l’an prochain 52,7 millions d’euros.

Un plan d’envergure

En 2014 déjà, le gouvernement Michel avait lancé un plan d’envergure contre la fraude sociale. Une note de politique générale transmise par Bart Tommelein (VLD) à la Chambre avait ainsi révélé que les personnes qui déclarent frauduleusement vivre seule pour toucher davantage d’allocations de chômage seraient davantage contrôlées. À cette fin, le gouvernement avait instauré un système de transmission des données de consommation de gaz, eau et électricité. Des consommations anormalement élevées levant des soupçons que la personne ne vit pas seule, tandis que des consommations anormalement basses indiqueraient au contraire une domiciliation fictive.

 

CIM Internet