Paris Match Belgique

Stéphane Moreau quitte ses fonctions de bourgmestre, mais pas Nethys

Sa décision est un "déchirement personnel", a-t-il affirmé ce mardi. | © BELGA SOPHIE KIP

Politique

Cela faisait 20 ans qu’il était au Collège communal d’Ans. Aujourd’hui, il décide pourtant de le quitter, en même temps que sa fonction de bourgmestre, en faisant allusion à son état de santé.

C’était attendu. Alors que le PS se penchait sur la possible incompatibilité entre les fonctions à Ans de Stéphane Moreau et celles d’administrateur-délégué de Nethys, le bourgmestre a décidé de quitter le mayorat de la commune. « Après cinq années passées à la tête de la commune d’Ans en qualité de bourgmestre et plus de 20 années de présence au sein du Collège communal, j’ai décidé de quitter la fonction mayorale », a-t-il annoncé avant de poursuivre : « Cette décision est pour moi un déchirement personnel. Ma famille est ansoise depuis sept générations ».

Celui qui estime quitter Ans avec « le sentiment du devoir accompli » avait le choix : quitter Nethys et ses 80 000 euros de salaire brut par mois – comme l’avait dévoilé Le Vif/L’Express -, ou ne plus être bourgmestre, avec une différence de près de 73 000 euros à la fin du mois. Mais une rechute, qui fait suite à un problème cardiaque survenu il y a peu, semble avoir fait la différence.

J’aurai d’ailleurs l’occasion de faire le bilan de ces plus de 20 années passées au sein de l’Exécutif communal ultérieurement.

« J’ai mis en place une équipe à la fois jeune et expérimentée, capable de relever tous les défis futurs », assure Stéphane Moreau. « Mon successeur sera, de par la loi, mon ami Grégory Philippin, qui œuvre à mes côtés depuis de nombreuses années et qui a toutes les qualités requises pour remplir la mission ». La suite ? « Pour le surplus, je reste bien évidemment, ainsi que mes collègues du groupe NETHYS, à la disposition du Parlement wallon, dès que mon état de santé le permettra », conclut-il. Un responsable PS proche de Moreau confiait cependant il y a peu à RTL, dans l’hypothèse d’alors d’une démission : « il restera, a minima, dans le conseil communal, il est trop passionné par sa commune ».

 

CIM Internet