Paris Match Belgique

Présidentielle française 2017 : La campagne hors de prix de Benoît Hamon

Benoît Hamon le 23 avril à Paris, après sa lourde défaite. | © MARTIN BUREAU / AFP

Politique

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle a mené la campagne la moins rentable : chaque voix lui a coûté 6,5 euros.

Les comptes de campagne publiés au Journal officiel portent toute la singularité de l’élection présidentielle de 2017. L’exemple le plus frappant ? Benoît Hamon, candidat socialiste battu dès le premier tour. Avec 15,1 millions d’euros dépensés, le champion du revenu universel a fait campagne avec 6,6 millions d’euros de moins que François Hollande en 2012 (si l’on inclut le second tour). Et pourtant, malgré cette campagne presque « low cost » en regard des pratiques passées, la candidature de l’ancien ministre a été la moins rentable cette année. Avec 6,58 euros dépensés pour chaque voix obtenue, il fait même pire que Jacques Cheminade, qui a séduit 65 586 électeurs avec un budget d’un peu moins de 413 000 euros.

Fait étonnant, le vainqueur, Emmanuel Macron, a aussi mené une campagne plutôt économe quand on la compare à celles des finalistes de 2012. Avec 16,7 millions d’euros, le candidat En Marche ! est bien loin du plafond de 22,5 millions d’euros autorisé au second tour. Il est celui qui a le plus acheté de sondages, avec un total de 325 643 euros dépensés, loin devant François Fillon (199 320 euros) et Marine Le Pen (189 814 euros). La candidate FN a dépensé en tout 12,4 millions d’euros, avec un coût par voix de 1,17 euro.

Lire aussi > Benoît Hamon quitte le PS et lance son mouvement politique

Jean-Luc Mélenchon n’a pas dépensé un centime pour acheter des sondages

François Fillon, arrivé troisième, a mené une campagne qui a coûté 13,8 millions d’euros. Il a dépensé beaucoup plus que ses rivaux pour les frais de restauration et d’hôtellerie : plus de 316 000 euros, quand les comptes de campagne de l’équipe Macron ne pointent qu’un peu plus de 62 000 euros à ce poste.

Jean-Luc Mélenchon, lui, n’a pas engagé un centime pour payer des sondages. Sa deuxième campagne présidentielle a coûté 10,7 millions d’euros, 1,3 million de plus qu’en 2012.

CIM Internet