Pourquoi l’Île de Guam est-elle la première cible de Pyongyang

Pourquoi l’Île de Guam est-elle la première cible de Pyongyang

L'île représente le symbole de la présence militaire américaine dans l'est du Pacifique. | © AFP PHOTO / Mar-Vic CAGURANGAN

Politique
Réputée pour ses plages de sable fin et ses eaux bleues cristallines, l’île de Guam se retrouve plus que jamais dans le viseur de la défense nord-coréenne et pour cause ; l’île constitue un véritable symbole américain.

 

Quelques heures après les propos fracassants du président américain qui a promis « feu et colère telle que le monde n’en n’a jamais vu » à Pyongyang en cas de nouvelle menace, la riposte nord-coréenne ne s’est pas faite attendre. Quasi aussitôt, l’armée du régime de Kim Jong-un a déclaré qu’elle envisageait « sérieusement une attaque d’encerclement » sur l’île de Guam afin d’envoyer « un message d’avertissement » à Washington. Le but : démontrer que la Corée du Nord peut neutraliser les bases militaires américaines dans le Pacifique.

Lire aussi > Les sanctions n’ont plus d’effet sur la Corée du Nord

Car si cette bande de terre isolée en plein Pacifique est aujourd’hui menacée, c’est pour plusieurs facteurs. Et pas seulement militaires.

Cible de choix

C’était confirmé depuis quelques temps par les observateurs internationaux. Après plusieurs essais concluants des tirs de missiles balistiques intercontinentaux, le régime nord-coréen est désormais capable de faire planer la menace sur l’ensemble du territoire américain. Mais en guise de cible n°1, c’est l’île de Guam qu’il a choisi.

Lire aussi > Touché coulé : déploiement maritime US vers la Corée, Pyongyang « prête pour la guerre »

Située au large des Philippines et à 3 500 kilomètres au sud-est de la capitale nord-coréenne et à 6,500 km à l’ouest d’Hawaï, l’île représente le symbole de la présence militaire américaine dans l’est du Pacifique. Avec deux bases militaires – la navale Apra Harbor et l’aérienne Andersen – qui couvrent près de 30% du territoire d’environ 540 kml’île a acquis une importance stratégique considérable, notamment depuis la fermeture de la base navale de Subic Bay, aux Philippines, en 1992.

Si les États-Unis ont choisi Guam comme point stratégique, c’est pour sa position (stratégique, elle aussi) entre la Chine, le Japon, les Philippines et la péninsule coréenne mais aussi parce qu’elle trône aux côtés des bases américaines sur les territoires du Japon et de la Corée du Sud.

©Kyodo / MAXPPP.

Piège à touristes

Réputée pour ses plages paradisiaques et ses sites balnéaires, l’île attire de plus en plus de touristes ; une autre raison pour faire d’elle la cible prioritaire de Pyongyang. Non seulement, l’île répertorie près de 800 000 visiteurs depuis le début de l’année 2017, mais elle attire surtout en majorité les touristes japonais et sud-coréens. Indirectement, le régime de Kim Jong-un voudrait-il frapper sur ses deux ennemis alliés des États-Unis ?

Lire aussi > Guerre nucléaire : la Corée du Nord redoute un « point de basculement »

Rattachée à Washington depuis 1950, l’île de Guam n’est pas considérée comme un État américain mais comme un territoire non incorporé et organisé des États-Unis avec à sa tête un gouverneur élu.

Le climat de tension actuel fait de Guam et sa population d’un peu plus de 160 000 habitants l’une des poudrières les plus explosives au monde.

CIM Internet