Paris Match Belgique

Le Japon et les États-Unis en ont assez des provocations de la Corée du Nord et répliquent

Cette photo prise le 9 août 2017 et diffusée par l'agence KCNA montre une marche à Pyongyang en soutien à la menace nord-coréenne face aux États-Unis. | © AFP PHOTO / KCNA VIA KNS / STR

Politique

Les tensions sont plus tendues que jamais entre Kim Jong-un et Donald Trump et le jeu des menaces se fait de plus en plus inquiétant.

La perspective d’une guerre nucléaire contre la Corée du Nord n’était pas au programme, mardi, lorsque Donald Trump a décidé d’aborder le sujet devant des journalistes, durant une réunion consacrée à la question des drogues. Depuis sa résidence de Bedminster dans le New Jersey, le président des États-Unis s’est aventuré sur le terrain diplomatique avec une déclaration à la formulation inhabituelle de la part d’un locataire de la Maison-blanche. « La Corée du Nord n’a pas intérêt à proférer d’autres menaces contre les États-Unis. Elles se heurteront au feu et à la fureur comme le monde n’en a jamais vu. Il [Kim Jong-un, ndr] a été très menaçant, au delà de ce qui est normal d’habitude, et comme je l’ai dit, elles se heurteront au feu et à la fureur, et franchement, à une puissance comme le monde n’en a jamais vu ».

Ping-pong

Ce à quoi a répliqué jeudi matin la Corée du Nord en affirmant que Donald Trump était « dépourvu de raison » et que seule la force fonctionne avec lui, a indiqué l’agence de presse nord-coréenne KCNA. »Un dialogue sensé n’est pas possible avec un tel gars dépourvu de raison et seule la force absolue fonctionne avec lui ».

Lire aussi > Une Corée du Nord déstabilisante face à un Donald Trump imprévisible

©AFP PHOTO / JUNG Yeon-Je

La déclaration de Pyongyang était accompagnée d’une nouvelle menace. Selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA citée par l’AFP, la Corée du Nord « étudie avec attention le plan opérationnel afin de faire feu sur les zones situées autour de Guam avec une fusée balistique à portée intermédiaire Hwasong-12 ». L’agence promet que le plan sera finalisé et pourrait être déclenché « à tout moment, dès que Kim Jong-un, le commandant suprême de la force nucléaire de la DPRK (Corée du Nord) le décidera ».

Quelques heures avant sa déclaration, Donald Trump avait tweeté : « Après des années d’échec, les pays s’accordent pour enfin répondre aux dangers que représente la Corée du Nord. Nous devons être sévères et catégoriques ! »

Le Japon envisage « toutes les options » avec les États-Unis

Le gouvernement japonais a quant à lui averti jeudi qu’il ne pourrait « jamais tolérer les provocations » de la Corée du Nord, après que le régime de Pyongyang a menacé de tirer des missiles vers l’île américaine de Guam, dans le Pacifique. »Nous appelons fermement la Corée du Nord à prendre au sérieux les avertissements répétés de la communauté internationale, à se plier aux résolutions de l’ONU et à s’abstenir d’autres provocations », a déclaré le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga.

Lire aussi > Les sanctions n’ont plus d’effet sur la Corée du Nord

Le Japon, très proche allié des Etats-Unis, a par ailleurs soutenu le ton belliqueux adopté ces derniers jours par le président américain Donald Trump, qui a promis le « feu et la colère » à la Corée du Nord, alors que plusieurs pays ont exprimé leurs inquiétudes. « Il est très important de maintenir le pouvoir de dissuasion nucléaire des Etats-Unis face à une situation sécuritaire très préoccupante dans la région », a estimé M. Suga. « Le président Trump a dit que toutes les options étaient sur la table », y compris militaire, « et le gouvernement salue cette politique ».

©AFP PHOTO / JUNG Yeon-Je – Des répliques de missiles nord et sud-coréens au mémorial de la guerre de Corée, à Seoul.

« Les actions de la Corée du Nord sont une provocation manifeste », a-t-il insisté, et « nous ne pourrons jamais tolérer cela ». Interrogé sur l’éventuel déploiement de systèmes de défense anti-missiles, le représentant de l’exécutif a répondu: « Les forces d’autodéfense (nom de l’armée japonaise) prendront les mesures nécessaires, mais je ne donnerai pas de détails ».

Lire aussi > Les « Real News » de Donald Trump : dangers des médias d’État

Retour de flamme en bourse

Wall Street a enregistré une légère baisse mercredi, les investisseurs se montrant frileux face aux tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis: le Dow Jones a perdu 0,17% et le Nasdaq 0,28%. « Les inquiétudes géopolitiques croissantes entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, expliquent (cette) faiblesse », a commenté Peter Cardillo de First Standard Financial.

Avec Belga et Paris Match France

CIM Internet