Paris Match Belgique

Deux fois par jour, Donald Trump voit la vie en rose

"Peut-être que c'est bon pour le pays que le président soit de bonne humeur le matin", suppose un ancien du "Comité national républicain" pour Vice. | © AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM

Politique

La Maison blanche transmet au président des revues de presse qui alimentent son narcissisme et augmentent son sentiment de toujours avoir raison.

 

Deux fois par jour, Donald Trump reçoit un dossier d’une vingtaine de pages. Ces dossiers contiennent des captures d’écran de chaines d’information en continu, des articles de presse et des tweets. Tout le contenu de ce dossier va dans un seul sens : positif. Le premier dossier lui est livré vers 9h30, le second autour de 16h30. Avant leur démission, le porte-parole Sean Spicer et le chef de cabinet Reince Priebus se disputaient le privilège de remettre ce document à Donald Trump.

Ces dossiers sont confectionnés tous les jours par une équipe de 10 personnes qui, dès 6 heures du matin, commence à scruter les médias et les réseaux sociaux pour savoir ce qui se dit sur la Maison blanche. Sous Barack Obama, la même équipe était composée de quatre personnes et n’avait pas pour consigne de collecter des nouvelles uniquement positives. Dans une interview au site Vice qui a révélé l’existence de ces documents, David Axelrod, conseiller de Barack Obama raconte : « Si nous avions donné ce genre de dossiers à Barack Obama il aurait éclaté de rire. Sa présidence était ancrée dans la réalité ».

Lire aussi > Les « Real News » de Donald Trump : dangers des médias d’État

Donald Trump semble aimer les louanges. Le 15 juin, il a enfin eu l’occasion de réunir son gouvernement au grand complet. Au début de cette réunion, à tour de rôle et devant les caméras, chaque ministre a complimenté le président. Par exemple, Reince Priebus l’a remercié pour la véritable bénédiction que représente le fait de travailler pour lui et le peuple américain.

©AFP PHOTO / Nicholas Kamm

Une personnalité borderline

« Ce qu’il reçoit à travers ces dossiers c’est sa jouissance narcissique, c’est un retour de sa mise en scène. On peut imaginer que ça fait monter son adrénaline », explique un psychothérapeute, qui a souhaité garder l’anonymat pour des raisons déontologiques. Notre interlocuteur explique l’origine d’une personnalité narcissique : « Quand on a subi une faille narcissique (de l’humiliation, du mépris, etc.), il y a le désir de compenser. La personne qui a reçu la faille narcissique se dira ‘au lieu d’être le dernier, je serai le premier’ ».

À distance, il est impossible pour un psychologue d’affirmer avec certitude que Donald Trump est un pervers narcissique. Pour en être certain, il faudrait que le président américain rencontre un psychologue. Notre interlocuteur pense également à une personnalité borderline [entre la névrose et la psychose]. « Il se met au-dessus des règles, ce qui évoque une psychopathie. Bien entendu, il y a des degrés dans la psychopathie ».

Lire aussi > Selon Donald Trump, Emmanuel Macron aime lui « tenir la main »

Quelle peut être l’influence de ces dossiers sur la prise de décision de Donald Trump ? « Il y a un risque de sentiment de toute-puissance, que la personne soit persuadée que tout ce qu’elle va faire sera bien ». Les déclarations grandiloquentes de l’actuel président américain sur ses réussites étincelantes et sur les mensonges de la presse trouvent un début d’explication dans ces dossiers. Lénine disait « les faits sont têtus ». Les faits devront faire mieux qu’être têtus pour arriver jusqu’à l’actuel détenteur du feu nucléaire américain.

CIM Internet