En France, le #CouscousGate est difficile à avaler pour le FN

En France, le #CouscousGate est difficile à avaler pour le FN

Un couscous difficile à avaler pour Florian Philippot | © Facebook @ MarocZone

Politique

Florian Philippot, bras-droit de Marine Le Pen, est pointé du doigt depuis quelques jours en France. En cause, une photo de lui où l’élu FN est attablé devant un couscous. Une honte, pour les frontistes, qui l’accusent de ne pas manger « terroir ». 

Pour un couscous réussi, il faut de la patience, bien laisser mijoter tous les ingrédients. Et puis beaucoup d’eau, aussi, pour laisser la semoule enfler. Une recette qui n’est pas sans rappeler celle de la polémique, qui n’arrête pas de gonfler en France depuis la publication d’une photo de Florian Philippot qui, pour une soirée entre militants FN, a préféré le couscous au cassoulet.

 

« Trolls islamo-gauchos »

Soit rien de moins qu’un crime de lèse-majesté aux yeux de certains frontistes, qui se sont directement emparés de l’affaire sur les réseaux sociaux. Tandis que d’aucuns soulignent que « décidément, on a un peu de mal avec les produits du terroir », d’autres y vont plus franchement, et s’interrogent : « jamais ils se disent que c’est trop gros et que donc ça passera pas leurs trolls islamo-gauchos? ».

Lire aussi > Affront national : quand Marine Le Pen s’attaque à Simone Weil

Parlons-en, des trolls, justement : l’histoire aurait pu en rester là si certains drôles d’oiseaux de la Twittosphère n’avaient décidé d’élargir le débat. Pas si facile, en effet, de se nourrir uniquement des produits du terroir français.

Capture d’écran Twitter

Et à ceux qui rétorquent que la pissaladière typique de Nice n’est après tout qu’une variante de la pizza italienne, Amélie de la Rochère, en bon gourmet informé, persiste et signe :

Capture d’écran Twitter

Débat indigeste

L’argumentaire prête à sourire, jusqu’à ce que le débat s’envenime. Car en effet, les préférences alimentaires de Florian Philippot ne feraient rien de moins que prouver qu’il est en réalité… un infiltré.

Car au-delà du plat, le #couscousgate témoigne d’un malaise plus profond au FN, où deux camps se déchirent depuis les élections, avec d’un côté, les fidèles de Marine, et de l’autre, les « philippotistes », qui verraient bien le parti subir une réforme des idées. Une éventualité que certains ont du mal à avaler. Florian Philippot, quant à lui, n’a pas perdu l’appétit, bien que sa patience ait été quelque peu amenuisée. Contacté par Buzzfeed News, il a parlé de réactions d’une « bêtise caricaturale » et de « poison » pour le FN, « dans la mesure où certains sauteront sur l’occasion pour faire l’amalgame entre cette bêtise crasse et le patriotisme ». Allons enfants de l’appétit.

CIM Internet