Paris Match Belgique

7 mois après sa mort, le corps d’Etienne Tshisekedi est toujours en Belgique

Actuellement, la dépouille du "Tshi" repose à la clinique Ste-Elisabeth à Bruxelles. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

Décédé le mercredi 2 février à Bruxelles, Etienne Tshisekedi n’a toujours pas été rapatrié dans son pays, la République Démocratique du Congo.

Son départ avait rendu des millions de Congolais orphelins en plongeant le pays dans l’incertitude concernant l’avenir de l’opposition. Symbole de résistance, le grand opposant politique de la RDC est décédé à Bruxelles le 2 février dernier, laissant derrière lui un souffle d’espoir et de démocratie.

Prolongations

Sept mois après sa mort, Etienne Tshisekedi attend toujours son rapatriement vers la terre de ses ancêtres. Un processus qui joue les prolongations à cause d’interminables négociations entre sa famille politique et le gouvernement.

Lire aussi > Etienne Tshisekedi : la disparition d’un mythe

Si la dépouille du défunt aurait dû être rapatriée en mai dernier, la date avait été reportée par l’UDPS (l’Union pour la Démocratie et le Progrès social), incapable de trouver un accord avec la famille du défunt et le gouvernement congolais sur un lieu d’inhumation. À l’époque, l’UDPS avait décidé de l’inhumer au siège du parti mais les autorités congolaises avaient refusé, qualifiant la décision de « non conforme à la loi sur la sépulture en RDC » – qui exige un enterrement dans un cimetière.

Le gouvernement avait ainsi proposé qu’on enterre l’opposant dans le cimetière de la Gombe à Kinshasa. Mais nouveau refus de la famille cette fois qui, comme l’UDPS, préfère voir le corps enterré au siège même du parti d’opposition, dans la commune populaire de Limete à Kinshasa.

Une messe d’obsèques en hommage à l’opposant politique avait été organisée dans la basilique de Koekelberg, à Bruxelles, le 9 février 2017. BELGA PHOTO AXELLE COLLARD

Rapatriement imminent ?

Ce jeudi 14 septembre, le Premier ministre Bruno Tshibala – en charge de l’organisation des obsèques de M. Tshisekedi – avait promis le rapatriement de la dépouille « dans les jours à venir ». “J’ai pris l’engagement, le Président de la République également, d’offrir au Président Tshisekedi les obsèques qu’il mérite en tant qu’un grand patriote, un grand homme politique congolais », a-t-il déclaré sur le plateau de TV5 Monde. « Toutes les conditions sont réunies pour que dans les prochains jours, le corps soit rapatrié, je ne veux pas me permettre d’avancer une date mais dans les prochains jours le corps sera rapatrié et le président Tshisekedi aura droit aux obsèques qu’il mérite,  les obsèques grandioses », a-t-il ajouté.

Lire aussi > L’ancien président nigérian Obasanjo à Kabila : « Il y a une vie après avoir gouverné »

Sur le même plateau, la veuve d’Etienne Tshisekedi avait elle-même fait appel aux dirigeants africains afin de plaider pour le rapatriement du corps de son mari. Pour sa famille, il n’est pas question qu’un Bantou soit conservé loin de son pays natal.

Dépouille présentable

Actuellement, le corps du « Tshi » repose à la clinique Ste-Elisabeth à Bruxelles, sa dépouille ayant été confiée à l’embaumeur belge Alain Koninckx. Ce dernier reconnaît n’avoir jamais connu « pareille situation » dans les colonnes de Jeune Afrique« Malgré la durée, je ne pense pas que le corps posera de problème sanitaire. Il n’est pas en décomposition, comme j’ai pu le lire, mais sera-t-il présentable ? Ça, je n’en ai aucune idée. »

Le 5 février 2017, à l’issue de trois journées de veillées funéraires, le cercueil d’Etienne Tshisekedi avait été exposé au palais des expositions à Bruxelles. Des milliers de membres de la diaspora congolaise étaient venus rendre un dernier hommage à l’opposant historique décédé quatre jours plus tôt dans la capitale belge. Le 9 février, la dépouille avait été déplacée jusque dans la basilique de Koekelberg pour une messe d’obsèques et un requiem à sa mémoire.

Jusqu’à la fin de sa vie, Etienne Tshisekedi s’est battu pour la démocratie dans son pays, la République Démocratique du Congo. Devenu figure de proue de l’opposition congolaise, il aura marqué l’Histoire en cultivant son image de mythe politique. Ses partisans pleurent leur leader qui aura porté pendant trente ans les espoirs de tout un peuple en quête de changement.

CIM Internet