Paris Match Belgique

Visite guidée des régions d’Europe auxquelles le référendum catalan pourrait donner des idées

La Catalogne va-t-elle servir de catalyseur ? | © Belga / AFP PHOTO / Josep LAGO

Politique

Ce dimanche, l’Europe toute entière a retenu son souffle alors que la Catalogne se préparait à passer aux urnes, sous la menace de répression par l’état central. Un référendum sur l’indépendance réalisé dans la violence, qui pourrait néanmoins donner des idées à certaines régions européennes. 

En tête parmi elles : l’Ecosse, dont les velléités indépendantistes ont été réveillées par le Brexit. Une sortie de l’Europe majoritairement décriée en Ecosse, relançant dans sa foulée la question de l’indépendance. En 2014, pourtant, le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse (qui s’était tenu, lui, avec l’accord du gouvernement britannique) s’était soldé par un rejet à 55% d’une sortie du Royaume-Uni. Seulement voilà, l’Ecosse est une terre europhile, où 62% des habitants se sont opposés au Brexit. Une jolie brèche où le Scottish National Party n’a pas hésité à s’engouffrer, faisant part en mars dernier de son souhait d’organiser un nouveau référendum. Une demande rejetée d’emblée par Theresa May, qui a jugé que le timing était malheureux, « alors que toute notre énergie devrait être consacrée aux négociations harmonieuses de notre sortie de l’Europe ».

Réveil de l’ETA

Plus proche de la Catalogne, au Pays Basque, le référendum vient réveiller les volontés indépendantistes. En 2015 déjà, après le référendum symbolique sur l’indépendance catalane, les indépendantistes avaient fait part de leur volonté d’organiser une consultation populaire. Aujourd’hui, alors que l’Espagne est au cœur d’une crise diplomatique sans précédent dans l’histoire démocratique du pays, le président basque a appelé Madrid à reconnaître l’indépendance des nations basque et catalane, compliquant de ce fait un peu plus la position du gouvernement central.

Lire aussi > Quand le débat sur l’indépendance en Catalogne ravive les tensions communautaires en Belgique

Du côté de la Corse, la victoire écrasante des indépendantistes, qui ont remporté 3 des 4 circonscriptions de l’île aux dernières législatives laisse supposer que des revendications telles que celles émises par la Catalogne ne sont pas loin. À une exception : tandis que la Catalogne revendique son indépendance, la Corse a, elle, abandonné cette velléité ces dernières années, préférant réclamer la reconnaissance d’un statut autonome pour l’île de beauté. Un changement de statut actuellement en suspens, mais qui pourrait être accéléré si la majorité nationaliste l’emportent aux élections territoriales qui se tiendront sur l’île en décembre. Faute d’avancées, le mouvement clandestin du FNLC dit « du 22 octobre » a fait appel à un « élan populaire à la catalane ».

Ciao ragazzi

Un élan populaire qui se prépare dans le nord de l’Italie, où le mouvement souverainiste la Ligue du Nord ambitionne de faire naître une région autonome depuis 1991. Une région qui serait formée de l’alliance économique de certaines régions riches du haut de la Botte, lassées de devoir aider financièrement les régions du Sud. Le 22 octobre prochain, les gouverneurs de Vénitie et de Lombardie organiseront ainsi un référendum consultatif sur une plus grande autonomie de leur région.

Lire également > La Russie, l’Ukraine et les séparatistes

Europe indépendance
Infographie Maxime Daix

En Europe de l’Est, point de revendications économiques mais bien la question délicate du tracé des frontières, héritage contesté de la chute de l’URSS. Si la Transnistrie est techniquement indépendante depuis 1991, la Russie y conserve une présence militaire, tandis que le Kremlin a tout bonnement annexé la Crimée. En Roumanie, la minorité hongroise habitant la région du pays Sicule n’a de cesse de revendiquer une plus grande autonomie. Des revendications jusqu’ici ignorées par Bucarest, malgré un joli coup électoral de l’Union démocrate magyare, militante pour la fédéralisation de la Roumanie, aux dernières législatives.

Rififi aux Îles Féroé

Au large du Danemark, un référendum se profile : les Îles Féroé ont beau avoir obtenu leur autonomie en 1948, les affaires étrangères et la Défense sont toujours du ressort de la couronne. En attendant avril 2018 : l’archipel de 50.000 habitants seulement a en effet prévu la tenue d’un référendum visant à approuver l’adoption d’une nouvelle constitution qui leur donnerait droit à une complète autodétermination.

Lieve Belgique

Un statut que ne renieraient pas certains séparatistes flamands, bien décidés à voir l’indépendance de leur région. Seulement voilà, en Belgique, on est loin d’un éventuel référendum : la Constitution prévoit la possibilité d’organiser des consultations populaires à l’échelon régional, certes, mais contrairement à un référendum, celles-ci n’ont pas de caractère contraignant. Il est également précisé que seules les questions relevant des compétences des régions peuvent faire l’objet d’une consultation populaire régionale.

CIM Internet