Paris Match Belgique

Douche froide sur les indépendantistes catalans : leur président ne déclare pas l’indépendance

catalogne

Carles Puigdemont applaudi à la fin de son discours. | © AFP PHOTO / LLUIS GENE

Politique

Le leader séparatiste Carles Puigdemont ne déclare pas l’indépendance de la Catalogne, il la demande. Nuance. Retour sur son discours historique.

Le président de la Catalogne aura fait durer le suspense. Après un long discours sur le référendum du 1er octobre, Carles Puigdemont va-t-il oui ou non déclarer l’indépendance de sa région ? Son envie d’indépendance n’était pas cachée mais le président de la région ne l’a pas déclarée. Il la demande. « À la suite du référendum, la Catalogne a gagné le droit d’être un État indépendant », a-t-il tout de même déclaré à la fin de son discours historique.

Lire aussi > Pourquoi le Pays basque hésite à suivre l’exemple de la Catalogne

Il a reporté cette déclaration pour d’indépendance pour laisser la possibilité d’un dialogue avec Madrid. « Le gouvernement de Catalogne tend la main au dialogue. Lors des prochains jours, si tout le monde agit avec la même responsabilité, le conflit peut se résoudre de façon sereine en respectant la volonté des citoyens ». Cela ne veut pas dire que le leader séparatiste catalan a perdu son objectif de vue.

Le président est revenu sur les violences policières qui ont bousculé le vote du 1er octobre. « Le monde entier a vu ces violences. L’objectif était de répandre la panique », dit Carles Puigdemont. Ces violences ont eu leur effet inverse : les catalans se sont déplacés en nombre, plus déterminés que jamais à voter pour l’indépendance de leur région. « À tous ces anonymes qui ont apporté leur contribution pour que le référendum puisse se tenir, je rends hommage », a-t-il déclaré suivi par de longs applaudissements du parlement catalan.

Lire aussi > 5 choses que vous ignoriez (peut-être) sur la Catalogne

AFP PHOTO / JORGE GUERRERO

Colère de son propre camp

Une situation qui reste confuse pour les Espagnols et pour les indépendantistes. Devant le parlement catalan, les manifestants n’ont pas caché leur déception : la place s’est vidée en quelques minutes. Côté politique, les députés de la CUP n’ont pas applaudi le discours de Carles Puidgemont. Au sein de son propre camp, le président a créé une ligne de rupture avec ceux qui espéraient une déclaration d’indépendance immédiat.

Lire aussi > Quand le débat sur l’indépendance en Catalogne ravive les tensions communautaires en Belgique

Les jeunes du parti indépendantiste n’ont pas caché leur colère : « Sur le Paseo de San Juan, il y a de la rage et de l’indignation. Des millions de personnes blessées, pour ça ? Vous n’avez pas honte, Carles Puidgemont ? », ont-ils tweeté, rapporte Le Monde.

Une situation confuse, son but ?

Selon la correspondante du Monde à Barcelone, cette ambiguïté est volontaire. Ce serait le but du président catalan de « compliquer la situation pour le gouvernement espagnol dans les prochains jours », rapport le journal français. « En ne déclarant pas officiellement l’indépendance, il ne peut pas se voir reprocher de l’avoir fait par le gouvernement espagnol. Mais Carles Puigdemont pourrait être rapidement pris à son propre jeu, puisque Madrid a annoncé mardi soir qu’il considérait le discours comme une déclaration ‘implicite’ d’indépendance ».

CIM Internet