Paris Match Belgique

La Russie s’est servie de Pokémon Go pour manipuler les élections américaines

L'application de réalité augmentée était au cœur d'un concours organisé par "Do Not Shoot Us". | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

Une enquête de CNN lève le voile sur les pratiques des renseignements russes en marge des élections présidentielles américaines. Ce qui est étonnant, c’est que des Pokémon ont joué le rôle d’appât.

L’espionnage et la manipulation, c’est bien connu, requièrent parfois de penser en dehors des sentiers battus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Russie a redoublé d’imagination. Afin de manipuler les élections américaines de 2016, le pays de Poutine s’est servi de l’application Pokémon Go pour arriver à ses fins. C’est que dévoile une enquête menée par CNN. Les Pokémon ont servi d’appât dans une opération montée sur les réseaux sociaux par un organe russe de trolling lié au Kremlin : The Internet Research Agency. Explications.

Une page Facebook comme première page du puzzle

Un compte Facebook fantoche, soi-disant lié au mouvement social « Black Lives Matter », appelé « Do No Shoot Us » (« Ne nous tirez pas dessus », ndrl), était la première pièce du puzzle. Cette page, qui avait récolté 250 000 likes, menait à une chaîne YouTube du même nom. Elle compilait des vidéos dénonçant les violences policières à l’égard des Afro-américains. Au total, plus de 200 vidéos postées entre mai et octobre 2016 pour un total de presque 400 000 vues. Le message diffusé était simple : il prônait la division plutôt que l’union des Américains. Le but était d’exacerber les tensions raciales aux États-Unis. Mais l’utilisation de Facebook n’était qu’une facette de la campagne russe.

Lire aussi > Mouvements racistes : la face sombre de l’Amérique

Le croisement de Pokémon Go et « Black Lives Matter »

Grâce au compte YouTube, les enquêteurs ont pu y voir plus clair sur l’implication de The Internet Research Agency. Il leur a permis de le connecter à une page Tumblr. Celle-ci a organisé un concours pour les sympathisants du mouvement « Black Lives Matter ». Et c’est là qu’interviennent les Pokémon. La page a encouragé les utilisateurs de l’application de réalité augmentée Pokémon Go à se rassembler. Les points de ralliement étaient localisés près de sites tristement célèbres pour la mort d’Afro-Américains. Les adeptes de l’app devaient chasser les petits monstres de poches puis changer leurs noms en hommage aux victimes de violences policières. À la clé ? Des chèques-cadeaux provenant de chez Amazon étaient promis en récompense.

Le compte Tumblr donnait l’exemple d’Eric Garner, un Noir étranglé par un policier en 2014. © CNN

Lire aussi > Saint-Louis : La mobilisation contre les violences policières et l’injustice tourne mal

Le réseau hors d’état de nuire

Les enquêteurs ont établi qu’Instagram et Twitter ont aussi été mis à contribution dans cette campagne de déstabilisation à grande échelle. Aujourd’hui, les différentes pages composant ce vaste écosystème en ligne ont été supprimées (on compterait 470 pages au total). Le compte YouTube, toujours en activité jeudi 12 octobre, a désormais été désactivé. La page Tumblr de « Do Not Shoot Us », elle, produit désormais des publications sur la Palestine selon CNN. La prochaine cible d’une déstabilisation russe ?

CIM Internet