Plus de 40 ans plus tard, la mort de Pablo Neruda refait parler d’elle

Plus de 40 ans plus tard, la mort de Pablo Neruda refait parler d’elle

Une représentation géante du poète Pablo Neruda. | © EPA/Ivan Alvarado

Politique

Des experts affirment que la mort de Pablo Neruda ne serait pas dûe à un cancer, comme on le pensait. Le souvenir de Pinochet plane sur cette découverte.

 

Un groupe de 16 experts internationaux, mandatés par la justice chilienne, a conclu vendredi que la mort du prix Nobel de littérature Pablo Neruda n’est pas due au cancer comme indiqué sur son certificat de décès. Le poète était décédé le 23 septembre 1973, douze jours après le coup d’État de Pinochet. « Ce qui est certain, ce qui est catégoriquement sûr à 100%, c’est que le certificat ne reflète pas la réalité du décès« , a affirmé le médecin légiste espagnol Aurelio Luna lors d’une conférence de presse.

Le cortège funéraire de sa dépouille avait à l’époque fait office de première grande action de protestation contre la dictature militaire mise en place. Le poète était également diplomate et politicien, proche de Salvador Allende. Les restes du poète, militant du Parti communiste, avaient été exhumés en 2013, pour des analyses devant déterminer s’il a été assassiné. Si son certificat de décès rédigé par la junte militaire stipule qu’il est mort d’un cancer de la prostate, son chauffeur de l’époque, Manuel Araya, assure quant à lui que Pablo Neruda a succombé à une injection.

Lire aussi > Le gouvernement chilien reçoit la plus grande donation de terres privées de l’histoire

©BELGA PHOTO ARCHIVES – Pablo Neruda avait remporté le prix Nobel de littérature en 1971.

En mai 2014, une équipe de chercheurs espagnols a révélé la présence massive de bactéries, des staphylocoques dorés, qui auraient pu être inoculées par des agents de la dictature. À noter que la nouvelle observation révélée vendredi ne permet pas d’assurer que le poète a été assassiné, mais bien que le cancer n’était pas la cause principale de sa mort et que son certificat de décès donne donc des informations incorrectes. D’autres analyses sont nécessaires, au sujet d’une nouvelle toxine détectée, avant qu’une conclusion définitive ne puisse être tirée.

Avec Belga

CIM Internet