Paris Match Belgique

Une guerre avec la Corée du Nord ? Les États-Unis sont prêts

Vue de la Maison blanche, le 7 octobre 2017. | © AFP PHOTO / Alex EDELMAN

Politique

Alors que Donald Trump poursuit l’escalade des menaces, l’ex-président Jimmy Carter propose sont aide pour apaiser les tensions.

 

Le président américain Donald Trump a réaffirmé dimanche que les Etats-Unis étaient très bien préparés à toute éventualité face à la Corée du Nord. « Nous sommes tellement préparés que vous ne le croiriez pas. Vous seriez surpris de voir combien nous sommes totalement prêts, au cas où cela serait nécessaire », a assuré le président Trump dans une interview à la chaîne Fox News. Semblant évoquer l’option militaire contre le régime de Pyongyang, il a ajouté : « Ne serait-il pas bien de ne pas le faire ? La réponse est oui. Cela arrivera-t-il ? Qui sait ? ».

Jimmy Carter prêt à retourner à Pyongyang

Face à l’accélération des programmes balistique et nucléaire nord-coréens ces derniers mois, le président américain a répondu par une escalade verbale, menaçant notamment mi-septembre de « détruire totalement » la Corée du Nord. À plusieurs reprises il a affirmé que les États-Unis étaient prêts à frapper militairement la Corée du Nord, au cas où cela serait nécessaire.

L’ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter s’est lui dit prêt à retourner à Pyongyang comme émissaire de Donald Trump, dans une interview dimanche au New York Times, malgré la personnalité « imprévisible » du leader nord-coréen Kim Jong-Un. « J’y retournerais, oui », a répondu le démocrate Jimmy Carter, interrogé sur l’éventualité qu’il se rende en Corée du Nord, et se mette donc au service du président actuel des États-Unis, le conservateur Donald Trump.

©AFP PHOTO / JIM CHAPIN – Le 21 octobre, cinq anciens présidents américains se sont rassemblés pour un concert de charité en faveur des victimes des récents ouragans.

M. Carter s’est en effet déjà rendu par le passé à plusieurs reprises en Corée du Nord pour désamorcer des tensions. En 1994, il avait rencontré de son propre chef l’ancien leader Kim Il-sung à Pyongyong pour dégager un accord apaisant le climat tendu à l’époque. En 2010, Jimmy Carter est retourné en Corée du Nord pour obtenir la libération d’un otage américain, et puis une dernière fois en 2011. L’ancien président, de 1977 à 1981, affirme être « effrayé » de la situation entre les deux pays, marqué par une escalade verbale entre Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jung-un. « Je ne sais pas ce qu’ils vont faire. Parce qu’ils veulent sauver leur régime. (…) », affirme-t-il au sujet de la Corée du Nord. « Je pense qu’il dispose désormais de l’armement nucléaire avancé à même de détruire la péninsule coréenne et le Japon, peut-être même notre continent ». Jimmy Carter indique avoir offert son aide au lieutenant McMaster, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, mais avoir reçu une réponse négative.

Avec Belga

CIM Internet