Paris Match Belgique

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon n’a pas rendu hommage à Johnny

Jean-Luc Mélenchon à Lille, en mars 2012. | © AFP PHOTO FRANCOIS LO PRESTI

Politique

Quel que soit le bord politique, les hommages étaient unanimes. Sauf dans celui de Jean-Luc Mélenchon.

Ce mercredi 6 décembre, premier jour d’un monde sans Johnny Hallyday, la classe politique française était à l’unisson pour rendre hommage au rockeur légendaire décédé à l’âge de 74 ans. Nicolas Sarkozy, François Hollande, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Alain Juppé, Marine Le Pen… Tous ont dit ce qu’ils avaient en eux de Johnny et ont exprimé sur les réseaux leur tristesse à voir s’en aller le Taulier.

Quel que soit le bord politique, les hommages étaient unanimes. Sauf dans celui de Jean-Luc Mélenchon. Pendant les 24 heures qui ont suivies l’annonce du décès, c’était le silence radio pour l’ancien candidat de la France insoumise à la présidentielle française. Dans la revue de la semaine de son blog, le patron des Insoumis a tout de même souhaité revenir sur la mort du rockeur préféré des Français tout en expliquant pourquoi il n’avait rien à dire sur le sujet.

Lire aussi > Emmanuel Macron : « De Johnny Hallyday, nous n’oublierons ni le nom, ni la gueule, ni la voix »

« Alors on me regarde et on me dit : Tu dois dire quelque chose. Qu’est ce que je dois dire ? Quelle importance j’ai moi là-dedans, aucune ! » Avec ces mots en guise d’introduction, Jean-Luc Mélenchon consacre quelques courtes minutes à la nouvelle qui était sur toutes les lèvres ce mercredi 6 décembre. « Aujourd’hui, partout, sur toutes les radios, sur toutes les télés, il n’est question que du décès de Johnny Hallyday », déclare-t-il avant de poursuivre : « Il y a deux jours, c’est Jean d’Ormesson qui est mort. Je l’ai connu, j’ai eu des discussions avec lui […] Quand il est disparu, je me suis dit, mince, j’aurais dû aller le voir avant. Mais alors sur Johnny, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? »

Moi je n’ai rien à dire sur le sujet.

« Quand on fait un notice nécrologique, on parle de quelqu’un qui est mort, c’est une manière de signaler à quelqu’un l’importance de la personne qui disparaît », ajoute le député des Bouches-du-Rhône. « Mais là, Johnny Hallyday, on n’a pas besoin de moi pour savoir qu’il chantait des chansons qui ont marqué son époque. Donc, moi j’ai rien à dire sur le sujet. Et je crois qu’on en est tous là. Je n’ai pas plus à dire que n’importe qui en train de me regarder », estime-t-il.

Lire aussi > Pour Mélenchon, Hollande est un « pauvre type »

Malgré une position à contre-courant du tsunami d’hommages rendu par les politiques à l’idole des jeunes, Jean-Luc Mélenchon précise toutefois qu’il comprend l’émotion générale. « Même si beaucoup ne le connaissent pas, ne lui ont jamais parlé ou n’ont même jamais écouté sa musique, je comprends qu’il y en ait plein à qui cela fasse du chagrin », affirme-t-il. « C’est un chagrin qu’on a sur la vie qui passe, sur la vanité des choses, sur tout ce qui dans notre propre existence personnelle a pu entrer en résonance avec les autres grâce à une musique ou une chanson ».

Vrai-faux hommage

S’il n’a rien voulu déclarer, du moins de la manière dont beaucoup l’ont fait sur les réseaux sociaux, « Johnny n’ayant pas besoin » de lui « pour être connu et aimé », Jean-Luc Mélenchon a précisé qu’il « lèverai son chapeau, comme tout le monde, par respect pour les morts », lors du grand hommage qui sera rendu au Taulier ce samedi aux Champs-Elysées. « Qu’est-ce qu’on ressent ? De la nostalgie pour nous-même. Tout le monde a été amoureux une fois avec une chanson de Johnny en arrière-plan. Comme tous les artistes à partir d’un certain niveau, ils sont dans notre vie. Que voulez-vous dire de plus? », a-t-il ajouté. « Nous les Français, on est décrits par lui, j’ai chanté ses chansons », a précisé le chef de file de la France insoumise ajoutant qu’il ne méprisait « pas du tout » Johnny, contrairement à ce que pourraient penser certains.

La France insoumise critiquée

En réaction à la mort de Johnny, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon s’était quant à lui fendu d’un tweet polémique sur Twitter. En postant un curieux message d’hommage dans lequel il évoque le débat politique sur le salaire minimum, Alexis Corbière s’est attiré les foudres des internautes. « La triste mort de Johnny Halliday ne doit pas nous faire oublier le nouveau mauvais coup qu’ils nous préparent (prochaine cible : le SMIC) », avait-t-il écrit en renvoyant vers un article à propos du gel des augmentations annuelles du salaire minimum suggéré par un groupe d’experts.

Lire aussi > Quand le monde entier rend hommage au « French Elvis »

Vivement critiqué, Alexis Corbière a finalement supprimé son message qu’il a reconnu déplacé pour en poster un nouveau, bien plus personnel. « Au milieu de la nuit, 30 mn après la triste nouvelle, j’ai rendu hommage. Mais je n’oublie pas d’autres sujets sociaux qui me tiennent à cœur et qui me semblent grave. Suis-je le seul ? Bonne journée à tous », a-t-il écrit pour faire taire la polémique.

CIM Internet