Paris Match Belgique

« Un grand Homme nous quitte » : L’hommage des politiques à Philippe Maystadt

Philippe Maystadt, le 15 décembre 2015, à Bruxelles. | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Politique

Philippe Maystadt luttait depuis des mois contre une maladie respiratoire incurable. Il est décédé à l’âge de 69 ans.

« Notre parti et notre pays perdent un homme d’État, un homme exceptionnel, un homme de valeurs, une personnalité internationalement reconnue ». C’est avec ses mots que le cdH a rendu hommage à sa grande figure politique. Philippe Maystadt, ministre d’État et ancien président du parti social-chrétien (PSC), s’est éteint ce jeudi 7 décembre à l’âge de 69 ans alors qu’il était atteint d’une maladie rare des poumons.

« Merci Philippe »

Retiré de la vie politique belge depuis quinze ans, Philippe Maystadt restera l’une des grandes figures de la démocratie chrétienne francophone et l’un des maîtres d’oeuvre de la Belgique actuelle. En accumulant plusieurs mandats, de ministre de la Fonction publique, à celui du Budget, des Affaires économiques, et des Finances (de 1980 à 1995), en passant par celui de président de la Banque européenne d’investissement (de 2000 à 2011), celui considéré comme l’un des pères de l’euro a marqué les esprits par sa « forte personnalité » et sa « stature internationale ».

Lire aussi > Orange amère pour le cdH, qui a joué gros et risque de tout perdre

Quelques minutes après l’annonce de son décès, la scène politique belge s’est levée face à la perte d’un être aimé et respecté. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités politiques belges ont salué l’engagement de M. Maystadt et exprimé leur condoléances.

Sur Twitter, le premier ministre Charles Michel a rendu hommage à « un Européen engagé, proche et à l’écoute des citoyens » et présenté toutes ses condoléances à la famille et aux amis de Philippe Maystadt. Parmi ces proches, son propre parti, le cdH (ancien PSC). « En Philippe Maystadt, je salue une référence, celle d’un homme qui a donné toute sa noblesse à l’engagement politique. Un homme d’État, qui a mis ses talents au service de causes qu’il estimait justes et qui l’ont motivé durant toute sa vie », a souligné le président, Benoît Lutgen, dans un communiqué. Ainsi Joëlle Milquet, qui a exercé avec M. Maystadt la présidence du cdH, a également évoqué une « triste annonce » face à laquelle « aucun mot ne pourra jamais exprimer l’ampleur de l’émotion, du respect, de l’affection et de la reconnaissance profonde que j’éprouve ».

« La famille chrétienne perd une grande figure »

Tandis que le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a salué « Un homme d’État, un ministre des finances de talent et un Européen convaincu » dont le courage « m’a à nouveau impressionné ces dernières années », les autres familles politiques ont également souhaité lui rendre hommage. Le président du MR, Olivier Chastel, a écrit sur Twitter : « C’était un sage dont l’avis comptait. Son expertise aux Finances lui a permis d’acquérir une stature internationale, dépassant les intérêts partisans, tout en restant attaché à sa région de Charleroi. Sa personnalité m’a fortement marqué ».


Aussi, le président du parti socialiste Elio Di Rupo a exprimé sa profonde tristesse en apprenant le départ d’un « démocrate progressiste et homme d’État » à l’heure où « la famille chrétienne perd aujourd’hui une de ses grandes figures et un des pères de l’euro », a déclaré de son côté le vice-premier ministre CD&V, Kris Peeters. Chez les écologistes, « souvenir attendri d’échanges très riches humainement, du Patro à l’Europe », a déclaré l’ancien co-président Jean-Michel Javaux évoquant un homme « engagé, progressiste à tout moment, très inspirant, attaché à de belles valeurs qu’il partageait pédagogiquement et avec respect ».

CIM Internet