Paris Match Belgique

À Jérusalem, le Hamas appelle à « une nouvelle intifada »

Une femme palestinienne dans les rues de Beit Hanoun, dans la bande de Gaza, le 7 décembre 2017. | © AFP PHOTO / MOHAMMED ABED

Politique

« On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les États-Unis qu’en lançant une nouvelle intifada », a déclaré le chef du Hamas dans un discours prononcé depuis la bande de Gaza.

 

Des Palestiniens en colère ont affronté les soldats israéliens et brûlé le portrait de Donald Trump ce jeudi 6 décembre pour protester contre la décision unilatérale et potentiellement explosive du président américain de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Plus d’une vingtaine de Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc ou des balles réelles dans les heurts rapportés à travers toute la Cisjordanie et dans la bande de Gaza, territoires séparés censés former un jour un État indépendant, selon les secours palestiniens.

Premières confrontations

L’initiative de M. Trump continuait à susciter la réprobation dans le monde entier, à la veille d’une réunion en urgence du conseil de sécurité de l’ONU, mais aussi de la grande prière musulmane du vendredi sur l’ultra-sensible esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est. Le mouvement palestinien Hamas a appelé à une « nouvelle intifada » et l’armée israélienne a annoncé le déploiement de renforts en Cisjordanie occupée, en prévision d’une escalade. « On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les États-Unis qu’en lançant une nouvelle intifada », a déclaré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un discours prononcé depuis la bande de Gaza.

Lire aussi > Donald Trump reconnaît officiellement « Jérusalem comme capitale d’Israël »

Cette décision historique a provoqué de premières confrontations. Jeunes palestiniens et soldats israéliens ont échangé jets de pierre et tirs de projectiles anti-émeutes à Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie, et Ramallah, qui fait office de capitale politique palestinienne. Bethléem, Qalqilya, Jénine et les abords de Ramallah, en Cisjordanie, ont aussi été le théâtre d’affrontements.

Dans la bande de Gaza, cinq Palestiniens ont été blessés, dont un à la tête, par des tirs de soldats israéliens en allant, avec des dizaines d’autres, protester près de la barrière de béton qui ferme hermétiquement les frontières entre Israël et le territoire reclus, ont indiqué les autorités gazaouies à l’AFP.

AFP PHOTO / ASIF HASSAN

Capitale « éternelle et indivisible »

Une grève générale était largement suivie en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville annexée et considérée par la communauté internationale comme un territoire occupé. Les palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, comme la capitale de l’État auquel ils aspirent. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale « éternelle et indivisible ».

– Avec Belga

CIM Internet