Paris Match Belgique

« Je roule en électrique » : Nicolas Hulot se défend après la polémique sur son patrimoine

Nicolas Hulot, le 30 novembre 2017. | © AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI

Politique

Après la polémique, Nicolas Hulot s’est expliqué au Journal du Dimanche sur l’utilité de ses nombreux véhicules motorisés.

 

Le 15 novembre dernier, alors que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique publiait les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement français, Nicolas Hulot se faisait épinglé.

Lire aussi > Patrimoine des ministres français : Pourquoi celui de Nicolas Hulot dérange

Le ministre de la Transition écologique, avec un patrimoine de plus de 7,2 millions, a déclaré pas moins de neuf véhicules à moteur, dont six voitures, une moto et un scooter électrique. Estimée à 105 000 euros, la valeur totale de ces acquisitions n’a pas manqué d’en choquer plus d’un. Une vague de critiques que Nicolas Hulot a estimé « absurde ».

« Je roule en électrique »

Ce 17 décembre, interrogé par le Journal du Dimanche, Nicolas Hulot s’explique sur l’utilisation des neuf véhicules motorisés. En possession d’une BMW, d’un scooter BMW et d’un 4×4 Land Rover (âgé de vingt ans et stationné en Corse), le ministre assure « rouler en électrique 95% de son temps ». Le JDD précise ainsi que ces voitures et celles de son ministère sont toutes électriques, sauf pour les longs trajets.

La transparence oui, le voyeurisme et le pinaillage, non.

Au cours de sa défense, le ministre s’est déclaré favorable à la « transparence » mais pas au « voyeurisme et au pinaillage« , considérant « absurdes » les commentaires que cela a suscité. Il explique alors l’utilité de ses véhicules dont une 2CV de 30 ans « que conduit sa fille », un van Volkswagen qui lui sert « pour les vacances en famille », la voiture personnelle de sa femme (ainsi qu’une camionnette) employée pour « transporter des chevaux en Bretagne« , une moto BMW et « un petit bateau à moteur ».

L’ancien animateur vedette de TF1 possède également une maison de plus de 300 mètres carrés située en Corse (d’une valeur estimée à plus d’un million d’euros), ainsi que plusieurs autres biens immobiliers en Côte d’Armor et en Savoie et dont il est co-propriétaire, d’une valeur totale de 1,9 millions. Sur cette fortune globale, Nicolas Hulot a également souhaité s’expliquer. Il précise ainsi avoir « gagné de l’argent » à la télévision et ajoute : « C’est ce qui m’a permis de bosser pendant 25 ans pour défendre la cause de l’écologie ».

 

CIM Internet