Paris Match Belgique

Dans le Missouri, l’avortement devient (vraiment) compliqué

avortement

Image d'illustration (à Bruxelles). | © BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Santé

Dans un État qui compte plus de six millions habitants, les femmes n’auront pas le choix concernant la clinique où elles voudraient avorter : il n’en existe plus qu’une seule.

Après l’entrée en vigueur d’une régulation restrictive, il n’y a plus qu’une seule clinique pratiquant l’avortement dans le Missouri, État du Midwest américain peuplé de six millions d’habitants, ont rapporté mercredi des médias américains. L’autre clinique de l’État, gérée par le planning familial, Planned Parenthood, dans la ville de Columbia n’a pas pu respecter cette nouvelle norme. En conséquence, son autorisation à pratiquer des avortements a expiré, selon le quotidien Kansas City Star.

Arguant qu’il en allait de la sécurité des patients, la nouvelle réglementation exige désormais des praticiens d’être affiliés à un hôpital pour réaliser des avortements. Or, ses opposants estiment qu’il est souvent difficile pour les médecins de respecter cette norme : les IVG étant en général des interventions sans risque, elles ne nécessitent pas d’hospitalisation. Et sans hospitaliser leurs patients, les médecins ne peuvent pas être affiliés à un établissement, selon l’ONG Kaiser Health News.

190 kilomètres

La clinique de Columbia a demandé à un juge fédéral une exemption temporaire mais il n’y a pas eu encore de décision, toujours selon le Kansas City Star. La clinique la plus proche est désormais dans la ville de Saint-Louis, à 190 kilomètres ou dans les Etats voisins.

Lire aussi > Pourquoi le Sénat argentin rejette la légalisation de l’avortement

Le Missouri, moins restrictif que l’Iowa

Une vingtaine d’États américains dirigés par des conservateurs ont mis en place de nombreuses mesures visant à limiter les avortements, selon l’association Guttmacher Institute. En mai dernier, la gouverneure de l’Iowa, Kim Reynolds, a promulgué une loi interdisant les IVG à partir du moment où les battements du coeur sont détectés, soit dès la sixième semaine de grossesse. Cette loi est la plus restrictive sur l’avortement aux États-Unis, où chaque État possède des législations différentes.

Avec Belga

CIM Internet