Paris Match Belgique

Manger bio limiterait de 25% les risques de cancer

Bio

La consommation d'aliments peu exposés aux pesticides est recommandée par de nombreux instituts et autorités de la santé. | © Lukas Budimaier / Unsplash

Santé

Une diminution de 25% des risques de cancer a été observée chez les consommateurs d’aliments bio, révèle une étude française. 

 

L’étude se concentrait sur un échantillon de 68 946 participants, suivis durant plus de sept ans. Les cobayes devaient répondre à un questionnaire sur leur consommation d’aliments biologiques et sur leurs catégories socio-démographiques qui étaient également prises en compte : « Au cours des 7 années de suivi (2009-2016), 1 340 nouveaux cas de cancers ont été enregistrés et validés sur la base des dossiers médicaux. Une diminution de 25% du risque de cancer (tous types confondus) a été observée chez les consommateurs « réguliers » d’aliments bio comparés aux consommateurs plus occasionnels », explique l’étude qui a été publiée le JAMA Internal Medicine.

Lire aussi > Pourquoi vous devez (absolument) privilégier les citrons bio

Aliments bio : moins de pesticides, plus de micronutriments

Cette association était particulièrement marquée pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées (-34 % de risque, score bio élevé versus bas) et les lymphomes (-76 % de risque), pour laquelle les autres facteurs socio-démographiques pris en compte n’avaient eu aucun impact. Plusieurs hypothèses pourraient également expliquer ces données : la présence de résidus de pesticides synthétiques est beaucoup plus fréquente, et à des doses plus élevées dans les aliments issus d’une agriculture conventionnelle. D’autre part, les aliments bio contiennent plus de micronutriments (antioxydants caroténoïdes, polyphénols, vitamine C ou profils d’acides gras plus bénéfiques). 

Lire aussi >  La condamnation historique de Monsanto face à Dewayne Johnson

Ceci dit, les chercheurs admettent que l’étude en elle même ne peut constituer une preuve irréfutable du lien entre alimentation biologique et cancer. Mais elle rejoint les conclusions de nombreuses études précédentes. La consommation d’aliments peu exposés aux pesticides est également recommandée par de nombreux instituts et autorités de la santé.

 

CIM Internet