Paris Match Belgique

Adopter un animal peut soigner la dépression, confirme une étude

adoption animal

Si les antidépresseurs ou autres psychothérapies peuvent parfois s'avérer inefficaces, les animaux de compagnie - et particulièrement les chiens - pourraient redonner espoir à certains. | © Unsplash / Joao Victor

Santé

Une nouvelle étude suggère qu’adopter un animal de compagnie pourrait soulager les personnes souffrant de dépression grave.

 

On avait déjà vu passer plus d’un sondage sur le sujet. Comme celui de l’enseigne d’animaleries Tom&Co en octobre dernier qui révélait qu’avoir un animal de compagnie était la secret du bonheur.

Parce qu’ils nous stimulent, qu’ils nous font rire, qu’ils nous détendent et comblent parfois notre solitude, les animaux sont devenus indispensables au quotidien de nombreux humains. À quatre ou à deux pattes, à poils ou à plumes, certains parviennent à tisser une relation quasi fusionnelle avec leur propriétaire, au point de devenir de fidèles et précieux compagnons de vie. Notamment pour les personnes atteintes de dépression.

Une alternative aux traitements inefficaces

Selon une étude publiée dans le Journal of Psychiatric Research, adopter un animal de compagnie pourrait soulager les personnes souffrant de dépression grave. Car si les antidépresseurs ou autres psychothérapies peuvent parfois s’avérer inefficaces, les animaux de compagnie – et particulièrement les chiens – pourraient redonner espoir à certains.

Lire aussi > Chienne de vie pour les animaux de compagnie, victimes silencieuses du mouvement anti-vaccination

En étudiant le comportement de 80 participants atteints de dépression connue sous le nom de « trouble dépressif majeur résistant aux traitements », deux chercheurs portugais ont découvert que le fait d’adopter un animal de compagnie « renforçait » les effets des antidépresseurs pour une minorité significative des participants.

animaux compagnie dépression
L’étude suggère que les animaux domestiques pourraient être utilisés comme « adjuvant efficace » aux traitements classiques de la dépression. © Unsplash / Jonas Vincent

Bon pour le moral

En invitant les patients à adopter l’animal de leur choix, Jorge Mota Pereira et Daniela Fonte de la Clínica Médico-Psiquiátrica à Porto au Portugal, ont révélé que plus d’un tiers des personnes qui ont accepté d’adopter avaient amélioré leurs scores sur l’échelle de dépression de Hamilton et sur l’Échelle d’Évaluation Globale du Fonctionnement, au point que leurs symptômes soient considérés comme légers.

Lire aussi > Un congé « patte-ternité » pour les nouveaux « parents » d’animaux

Selon les chercheurs, les résultats de leur étude montrent que les animaux domestiques pourraient être utilisés comme « adjuvant efficace » aux traitements classiques de la dépression, ajoutant que ceux qui s’occupent d’un animal (et surtout qui le désirent) développent « une forte affinité et une camaraderie qui contribuent fortement à la santé mentale ».

CIM Internet