Paris Match Belgique

Faut-il (vraiment) courir à jeun pour maigrir vite et bien ?

footing sport

Oui, mais pas trop. | © Unsplash / Arek Adeoye

Santé

Pour faire disparaître efficacement ses bourrelets, mieux vaut courir le ventre vide et reporter le petit-déjeuner. Du moins c’est ce qu’on pensait, sans trop savoir pourquoi.

 

La question peut paraître anodine comme ça, notamment pour les férus de jogging qui connaissent par cœur les conseils et autres précautions à prendre pour courir de façon optimale. Mais pour les joggeurs du dimanche – qui prennent leur courage à deux pieds une à deux fois par mois pour se donner bonne conscience -, elle a toute son importance.

Pour faire disparaître efficacement ses bourrelets, mieux vaut courir le ventre vide et reporter le petit-déjeuner. Du moins c’est ce qu’on pensait, sans trop savoir pourquoi. Car à force d’entendre dire que le petit-déjeuner est « essentiel pour bien démarrer la journée », on finissait par ne plus vraiment savoir sur quel pied danser. Ou courir, en l’occurrence.

Opération déstockage

Pourtant c’est bien vrai. Courir à jeun permettrait de brûler 20% de graisses en plus que si l’on prend un petit-déjeuner. C’est en tous cas ce qu’affirme Olivier Gaillard, coach en course à pied, au Figaro, précisant que « l’organisme brûle 50% de graisses pendant un footing post-jeûne de plus de 10 heures », contre 30% pendant un footing post-petit déj’. « L’organisme a trois sources disponibles pour fabriquer de l’énergie : les glucides, les lipides et les protéines », explique le spécialiste. « Habituellement, les glucides sont les premiers à être utilisés car plus faciles à transformer pour le corps. Quand ils ne sont plus disponibles comme après une nuit de jeûne, le corps va se servir dans notre stock de graisse. »

footing sport
« Au-delà d’une heure d’effort, l’organisme va solliciter les réserves de protéines des muscles, ce qui nous expose à de la fonte musculaire. » © Unsplash / Andrew Tanglao

Lire aussi > Voici le moment de la journée où vous brûlez le plus de calories (sans rien faire)

Mais attention. Ce n’est pas une raison pour s’enfiler 120 minutes de course à pied sans s’arrêter. « Au-delà d’une heure d’effort, l’organisme va solliciter les réserves de protéines des muscles, ce qui nous expose à de la fonte musculaire », avertit le coach sportif. Au risque de « dégrader les cellules musculaires, mais aussi des acides gras essentiels ». « Il ne faut surtout pas prolonger l’effort car les effets nocifs se multiplient », affirme-t-il encore, conseillant un programme de une à deux séances par semaine. Inutile de tirer sur la corde, précise le médecin du sport Jean-Christophe Miniot, toujours interrogé par le Figaro. Car « la course à jeun n’est pas la recette miracle pour maigrir ». Du moins, pas sans s’accompagner d’un « rééquilibrage alimentaire » nécessaire pour perdre du poids efficacement et durablement.

CIM Internet