Paris Match Belgique

Ebola : En RDC, naissance d’un bébé miracle

Ebola

"C'est un message d'espoir pour toutes les femmes". | © John WESSELS / AFP

Santé

Seuls deux bébés sont nés en pleine santé de mères contaminées par Ebola. 

 

Une bonne nouvelle (enfin) pour la République démocratique du Congo : la naissance de la petite Sylvana. Fille d’une survivante à l’épidémie Ebola, elle est venue au monde sans porter la maladie. « Un miracle médical » selon les experts de la santé. Depuis le début de l’épidémie, seul un autre bébé était né en pleine santé d’une femme contaminée par Ebola, indique The Guardian, mais la maman était décédée quelques heures après l’accouchement. C’est aujourd’hui la première fois que la génitrice et le bébé survivent.

Lire aussi > Qui est Félix Tshisekedi, proclamé président de la RDC ?

Un message d’espoir

Fin décembre, une future maman était admise au centre de traitement d’Ebola à Beni, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. La réponse à la crise avait pâti des violences frappant la région à l’aube de l’élection présidentielle. En dépit de cela, la jeune femme a été guérie et autorisée à sortir du centre. Le bébé est lui aussi contrôlé. Le 6 janvier, Sylvana naît. Depuis, elle a été testée deux fois négativement à la maladie. Une situation exceptionnelle, même si les médecins restent aujourd’hui sur leurs gardes en raison de la période d’incubation de 21 jours de la maladie.

Ebola
© SUMY SADURNI / AFP

« C’est un message d’espoir pour toutes les femmes, s’est réjouie Séverine Caluwaerts, gynécologue de référence auprès de Médecins Sans Frontières. Avant, le message était que votre bébé sera toujours atteint d’Ebola. Maintenant, nous pouvons dire que nous avons eu des cas où le bébé a survécu, est en bonne santé ». Caluwaerts faisait partie de l’équipe qui a traité Nubia – seul autre bébé connu à avoir survécu après la naissance d’une mère atteinte d’Ebola – dans un centre de traitement de la maladie en Guinée. Elle avait reçu trois médicaments expérimentaux, dont le remdesivir, que MSF donne maintenant aux femmes enceintes en RDC : « C’est une très petite molécule et nous supposons qu’elle se transfère plus facilement au placenta », a expliqué Caluwaert, précisant que les médecins pensent que le virus s’accumule dans le liquide amniotique. On n’est en revanche pas sûr que la petite Sylvana a pris le traitement.

Lire aussi > La « maladie X » sera-t-elle la prochaine épidémie mondiale meurtrière ?

Épidémie meurtrière

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 577 cas d’infection à virus Ebola et 377 décès ont été confirmés depuis l’annonce de la réapparition de l’épidémie en août dernier. Le taux de survie des enfants âgés d’un an et moins est de 17%, selon les données recueillies par MSF. Le taux de survie des femmes enceintes est d’environ 45%. Cependant, ces chiffres doivent être traités avec prudence, car les tests de grossesse ne sont pas systématiquement effectués aux premiers stades de l’éclosion ou lorsque les femmes encourent un risque immédiat de décès. Une autre étude a par exemple suggéré un taux de mortalité de 80 à 90% chez les futures mamans. Malgré cela, le vaccin expérimental contre le virus Ebola est actuellement refusé aux femmes enceintes ou allaitantes, les responsables de la santé du pays craignant que ce dernier ne cause des complications ou des bébés morts-nés. Une politique qualifiée d’ « absolument indéfendable » par des experts de la santé, cité par The Guardian.

Mots-clés:
bébé Congo Ebola
CIM Internet