Paris Match Belgique

La bonne santé mentale appartient à ceux qui se lèvent tôt (et c’est la science qui le dit)

étude sommeil santé mentale

Si vous avez du mal à vous lever le matin, c'est probablement dû à votre ADN. | © Unsplash / Yaniv Knobel

Santé

L’heure à laquelle vous vous levez le matin peut avoir un impact risqué sur votre santé mentale, rappelle une étude.

 

On savait déjà que se coucher tôt était meilleur pour la santé. Tout comme entendu parler du lien entre nos habitudes de sommeil (tardif) et les états dépressifs. Ce mardi, une nouvelle étude confirme qu’il existe bel et bien un lien entre l’horloge biologique et la santé mentale. Et que l’heure à laquelle on se réveille le matin peut avoir un impact risqué sur notre équilibre psychique.

Conduite par une série de chercheurs universitaires du Royaume-Uni, des États-Unis, des Pays-Pas, d’Allemagne et d’Australie, l’étude publiée dans le journal scientifique Nature Communications révèle que les personnes les plus matinales sont moins susceptibles de développer des problèmes de santé mentale dans le futur.

« Du soir » ou « du matin » ?

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont récolté les données d’environ 700 000 individus afin de déterminer comment la constitution génétique d’une personne pouvait influer sur son rythme circadien naturel et sur son état de santé mentale. En observant les gènes des personnes qui se sont décrites comme « personne du matin » ou « personne du soir », ils ont découvert un lien important entre l’ADN et la capacité à se lever le matin. Résultat, les matinaux présenteraient moins de risques de souffrir de problèmes psychiques que les habitués aux grasses matinées.

Lire aussi > Vous ronflez ? C’est peut-être plus grave que vous ne le croyez

Selon les chercheurs, le fait de se lever naturellement tôt nous préserve du risque de développer certaines maladies comme la dépression ou la schizophrénie. « Il existe des associations très nettes entre la santé mentale et les chronotypes », déclarent-ils. « Les troubles psychiques étant souvent liés au chronotype du soir. » Ainsi, concluent-ils, « le fait d’être matinal est négativement et génétiquement lié avec la dépression et la schizophrénie, mais positivement lié avec le bien-être' ».

CIM Internet