Un Belge sur deux est en surpoids (et c’est un problème)

Un Belge sur deux est en surpoids (et c’est un problème)

obésité poids

Ensemble, la population adulte du pays voudrait peser 52 636 tonnes de moins sur la balance. | © Pixabay / Jarmoluk

Santé

Avant 34 ans, pas moins de 41% des Belges ont déjà un indice de masse corporelle de 25 ou plus et 15% sont considérés comme obèses, relève une nouvelle étude.

 

Un Belge sur deux est trop gros et 33% sont obèses. C’est problématique, et les citoyens s’en rendent compte puisque 6 sur 10 veulent perdre du poids, ressort-il d’une enquête menée par iVOX pour PronoKal Group. Ensemble, la population adulte du pays voudrait peser 52 636 tonnes de moins sur la balance, l’équivalent de 309 baleines bleues ou d’au moins 127 Boeings remplis.

Graisse accumulée

Basé sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes, ce sondage sur le poids des Belges montre que les hommes sont plus touchés tant par le surpoids (56,4%, contre 47,8% des femmes) que par l’obésité (18,8%, contre 16,8% des femmes). Avant 34 ans, pas moins de 41% des Belges ont déjà un indice de masse corporelle de 25 ou plus et 15% sont considérés comme obèses, ce qui signifie que leur indice de masse corporel dépasse 30. Avec l’âge, la situation empire encore avec 51,2% de Belges trop gros du point de vue des critères de santé dans la catégorie des 35-54 ans. Chez les plus de 55 ans, la proportion monte à 59,1%.

Lire aussi > Le lien étonnant entre poussière et prise de poids

Les citoyens sont conscients qu’ils accumulent trop de graisse, puisque six sur 10 veulent perdre du poids et se disent ouverts à l’aide d’un professionnel. La moitié a déjà essayé un ou plusieurs régimes, mais seul un sur trois a obtenu les résultats désirés, le plus souvent à cause d’un manque d’autodiscipline, d’après leur propre jugement.

Lire aussi > La maladie de la malbouffe a un nom : elle s’appelle NASH

Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque majeurs pour un certain nombre de maladies chroniques, parmi lesquelles le diabète, les maladies cardio-vasculaires et le cancer. À l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité a presque triplé depuis 1975, d’après l’Organisation mondiale de la Santé.

 

Avec Belga

CIM Internet