L’effet inquiétant des boissons « light » sur les risques d’AVC

L’effet inquiétant des boissons « light » sur les risques d’AVC

sodas light

En cause : les édulcorants artificiels. | © Pexels / Breakingpic

Santé

Selon une étude, les femmes préménauposées qui consomment des sodas ou des jus de fruits light présentent un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de maladie cardiaque que les femmes qui n’en boivent pas, ou peu.

 

Proposées dans la majorité des bars et des distributeurs de cafétéria, les sodas et autres jus light apparaissent aujourd’hui comme l’alternative numéro un aux boissons trop sucrées. Mais les études sont loin d’avoir confirmé leurs bienfaits sur la santé.

Si l’on y regarde de plus près, ces boissons soi-disant allégées présenteraient un certain danger, notamment chez les femmes.

Repérée par le Time, une étude publiée dans la revue Stroke démontre que les femmes préménauposées qui consomment des sodas ou des jus de fruits light présentent un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de maladie cardiaque que les femmes qui n’en boivent pas, ou peu.

Édulcorants controversés

Après avoir observé les habitudes de consommation de plus 81 000 femmes, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que les femmes qui buvaient au moins deux boissons édulcorées par jour présentaient un risque 23% plus élevé d’avoir un accident vasculaire cérébral, que celles qui déclarent boire moins d’une boisson par semaine (voire aucune). Un risque « particulièrement préoccupant » pour la professeure Yasmin Mossavar-Rahmani, qui a dirigé l’étude. « Ces résultats montrent qu’il ne faut pas prétendre que [ les boissons allégées ] sont inoffensives si vous en consommez régulièrement », explique-t-elle.

Lire aussi > Le Belge doit craindre les dégâts de la « maladie du soda »

Si les résultats se gardent bien d’affirmer que ces breuvages provoquent directement des accidents vasculaires cérébraux, ils tirent la sonnette d’alarme sur les risques que peuvent engendrer les édulcorants artificiels dans l’organisme. Comme le rappelle le magazine américain, ces édulcorants controversés – comme l’aspartame ou la saccharine – peuvent empêcher l’organisme à éliminer correctement le glucose dans le sang et à contrôler le taux de glycémie. Ce qui peut conduire à des maladies comme le diabète ou à des problèmes circulatoires. Par ailleurs, ajoute-t-on, les édulcorants artificiels peuvent altérer les bactéries vivant dans l’intestin, organe des plus précieux que nous ayons.

CIM Internet