Un premier médicament pour traiter la dépression post-partum

Un premier médicament pour traiter la dépression post-partum

post-partum

Le médicament devrait être disponible à la fin du mois de juin aux États-Unis. | © Unsplash / Derek Thomson

Santé

C’est la première fois qu’un médicament est approuvé scientifiquement contre la dépression des nouvelles mères.

 

L’administration américaine des médicaments (FDA) a approuvé mardi la mise sur le marché du premier médicament contre la dépression destiné spécialement à la dépression des nouvelles mères, une maladie grave qui touche une maman sur neuf aux États-Unis.

L’avantage du brexanolone (marque Zulresso, laboratoire Sage Therapeutics) est qu’il agit très vite, en deux jours, alors que les antidépresseurs traditionnels peuvent mettre des semaines ou des mois à faire effet. Mais le Zulresso devra être pris par intraveineuse en centre médical, sous supervision médicale, pendant 60 heures, en raison du risque d’évanouissement observé dans quelques cas pendant les essais cliniques.

Maladie grave

« La dépression post-partum est une maladie grave qui, lorsqu’elle est sévère, peut être mortelle. Les femmes peuvent avoir des pensées les poussant à se blesser elles-mêmes ou à blesser leur enfant », a déclaré dans un communiqué Tiffany Farchione, directrice par intérim de la division des produits psychiatriques du centre de la FDA pour l’évaluation des médicaments. « Cette autorisation constitue la première fois qu’un médicament a été approuvé spécifiquement pour traiter la dépression post-partum, offrant une nouvelle option de traitement importante ».

Lire aussi > La psychose post-partum, (enfin) mise en lumière grâce à Adele

Les effets secondaires plus communs incluent la somnolence ou la sécheresse de la bouche. Sage Therapeutics a annoncé que le médicament devrait être disponible à la fin du mois de juin aux États-Unis.

De plus en plus répandue

Le traitement devrait coûter 34 000 dollars, selon plusieurs médias américains, ce qui est le prix catalogue pour ceux qui n’ont pas d’assurance médicale. Les assureurs obtiennent généralement des rabais, et devraient prendre en charge le traitement, selon plusieurs médias. Le séjour en hôpital s’ajoutera toutefois au coût.

Lire aussi > Comment Internet terrorise les femmes qui veulent devenir mères

Selon une étude des Centres de contrôle et de prévention des maladies, 11,5% des nouvelles mères souffraient de dépression post-partum en 2012 aux États-Unis.

CIM Internet