Votre montre pourra bientôt remplacer votre pilule contraceptive

Votre montre pourra bientôt remplacer votre pilule contraceptive

montre, contraception

Image d'illustration. | © Unsplash/Levi Elizaga

Santé

Les scientifiques effectuent actuellement des tests concernant un nouveau moyen de contraception : les bijoux.

Un nouveau mode de contraception pourrait bientôt voir le jour. C’est le journal britannique The Independent qui met en lumière cette information. Des chercheurs du Georgia Institute of Technology ont mis au point une technique qui permet d’administrer des hormones contraceptives grâce à des supports placés au dos de bijoux, comme des boucles d’oreilles, des montres ou des bagues.

Les patchs qui contiennent les hormones sont placés sur la zone du bijou la plus susceptible d’entrer en contact avec la peau, comme le dos d’une boucle d’oreille, ou derrière le cadran d’une montre. Selon les premiers tests, il semblerait que les bijoux contraceptifs peuvent fournir une quantité suffisante d’hormones pour agir comme moyen de contraception.

Mark Prausnitz, professeur au Georgia Institute of Technology, explique que « plus il y a de moyens de contraception possibles, plus il est probable que les besoins de chaque femme puissent être satisfaits ». Ce moyen de contraception pourrait faciliter l’accès à la contraception de certaines femmes, sachant que « porter des bijoux peut déjà faire partie du quotidien d’une femme ».

Lire aussi > « J’arrête la pilule » : l’enquête qui dérange

Une nouvelle méthode similaire aux patchs

L’équipe de chercheurs a testé cette technique sur les animaux, en déposant des patchs sur les oreilles de porcs, ou sur la peau de rats. Les patchs étaient administrés durant 16 heures, puis ils étaient retirés pendant 8 heures afin d’imiter une femme qui enlèverait ses bijoux avant de se coucher. Bien que le niveau d’hormones contraceptives diminue lorsque le patch est enlevé, ce mode de contraception serait tout de même fiable et efficace. Cependant, aucun test n’a encore été effectué sur les humains.

Ce patch fonctionne de la même manière que les patchs de nicotine, pour ceux qui veulent arrêter de fumer. Bien que des patchs contraceptifs existent déjà, ils sont pour l’instant bien plus grands que des bijoux. Mark Prausnitz explique à The Independent : « nous prenons cette technologie établie, nous réduisons le patch et utilisons des bijoux pour faciliter son application ».

Si cette technologie arrive sur le marché, il faudra cependant changer les patchs sur les bijoux chaque semaine.

Lire aussi > Les droits des femmes européennes à l’avortement et à la contraception en régression

CIM Internet