Le lien entre vapotage et spasmes musculaires qui dérange

Le lien entre vapotage et spasmes musculaires qui dérange

cigarettes électroniques

Le nombre de vapoteurs est passé de 1,5 à plus de 20% chez les lycéens de 2011 à 2018. | © Pexels / Megan Forbes

Santé

L’usage de la cigarette électronique a explosé parmi les jeunes au cours de la dernière décennie. Alors même que ses effets sur le long terme sur la santé est encore en cours d’étude.

 

L’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a annoncé mercredi qu’elle enquêtait, à la suite de plusieurs rapports sanitaires, sur d’éventuels liens entre vapotage et convulsions.

« Des rapports indiquent que certaines personnes utilisant des cigarettes électroniques, en particulier des jeunes et de jeunes adultes, sont ultérieurement prises de convulsions », écrit la FDA dans un communiqué. L’agence dit avoir recensé au total 35 de ces cas entre 2010 et le début de l’année 2019. « Nous estimons que ces 35 cas justifient une enquête scientifique pour déterminer s’il existe vraiment un lien (entre vapotage et convulsions) », avance-t-elle.

De plus en plus de vapoteurs

L’usage de cigarettes électroniques a explosé parmi les jeunes Américains au cours de la dernière décennie, dépassant même celui de la cigarette. Au total, le nombre de vapoteurs est passé de 1,5 à plus de 20% chez les lycéens de 2011 à 2018, tandis que le tabac « combustible », sous toutes ses formes, tombait de 22 à 14%.

Lire aussi > Le tabac, c’est tabou, et la cigarette électronique, c’est pas fantastique

Même constat au Royaume-Uni, où le National Health Service (NHS) rapporte une hausse significative du nombre de jeunes qui préfèrent vapoter plutôt que « cloper ». L’organisation estime que 2,9 millions d’adultes britanniques fument des cigarettes électroniques, qui ont permis à 1,5 million d’entre eux d’arrêter complètement la cigarette classique.

Les effets à long terme en cours d’étude

Les cigarettes électroniques contiennent de la nicotine et d’autres produits, mais pas les substances des cigarettes traditionnelles reconnues comme cancérigènes. Leur effet à long terme sur la santé est encore en cours d’étude. Dévoilée au début du mois de mars, une étude indiquait cependant que le vapotage pouvait être lié à des maladies cardiaques. Pourtant, en février 2017, des chercheurs britanniques avaient mis en évidence la sécurité de la cigarette électronique comme alternative au tabac, en assurant ses effets positifs sur le long terme. Le milieu scientifique peine encore à trouver un consensus sur le bien fondé ou non de cette fumette alternative.

 

Avec Belga

CIM Internet