Paris Match Belgique

Quand la « musique la plus relaxante du monde » remplace les médicaments

Musique

L'étude sera encore poussée plus loin. | © Malte Wingen/Unsplash

Santé

Piano, guitare, mélodies apaisantes, des chercheurs ont trouvé le cocktail parfait qui pourrait remplacer certains médicaments pour détendre les patients avant une opération.

 

Des chercheurs américains ont récemment démontré que les patients qui écoutent de la musique relaxante avant une opération ont autant de chances de voir leur niveau d’anxiété diminuer que ceux qui prennent du midazolam, une molécule utilisée pour l’anesthésie et la réanimation. Une étude de l’université de Pennsylvanie et publiée par le BMJ Journal sur the regional anesthesia and pain medecine indique que faire écouter de la musique relaxante aux patients avant de les anesthésier localement pour une opération chirurgicale pourrait avoir des effets calmants comparables aux anxiolytiques classiques, les effets secondaires en moins.

Lire aussi > Les Belges sont-ils trop stressés ?

Traiter l’anxiété préopératoire

L’étude a été menée sur une sélection de 157 adultes. La moitié a été traitée avec le médicament classique, tandis que l’autre moitié a simplement écouté un titre considéré comme étant la musique la plus relaxante au monde : Weightless, de Marconi Union. Et c’est prouvé ! Le morceau de musique réduirait de 65% le niveau d’anxiété et de 35% les taux de repos physiologiques habituels. Un casque antibruit sur les oreilles et une écoute trois minutes avant l’anesthésie et le tour était apparemment joué. D’après The Independent, la musique a été créée en collaboration avec un thérapeute afin de créer « la chanson la plus relaxante du monde ». Le secret : des mélodies apaisantes et un savant mélange de piano, guitare, sons électriques et « paysages sonores naturels ».

L’étude a prouvé que les patients qui ont écouté cette musique présentaient un niveau d’anxiété comparable à ceux qui ont été traités avec un médicament. Bonne nouvelle donc, lorsqu’on sait que les effets secondaires du midazolam peuvent affecter la respiration, la circulation sanguine ou encore avoir des effets paradoxaux tels que l’hostilité, l’agression et l’agitation psychomotrice. Seul remarque soumise par les patients : pouvoir écouter une musique qu’ils auraient choisie au préalable. Pour savoir si cela pourrait avoir la même influence, les chercheurs veulent aller plus loin. « Des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer si le type de musique, ainsi que son mode de diffusion, offrent des avantages par rapport au midazolam », concluent-ils.

CIM Internet