Paris Match Belgique

Attention à bien différencier les marrons et les châtaignes pour éviter l’intoxication

marrons

Il s'agit bien ici de châtaignes. | © Pixabay / Couleur

Santé

À l’inverse de la châtaigne (qui est comestible), les marrons d’Inde peuvent vous donner des nausées, des vomissements, ou des irritations de la gorge.

Une bogue similaire pour deux graines différentes. La confusion est vite faite. Avec l’arrivée de l’automne et les balades en forêt, on serait tentés de faire la chasse à ces fruits à coque si délicieux. Que ce soit en marron chaud, en crème de marrons, ou en dinde aux marrons, le « marron » est l’ingrédient incontestable de la saison. Toutefois, le « marron » est-il le terme vraiment adéquat ?

L’agence nationale française de sécurité sanitaire de l’alimentation met en garde contre la confusion qui existe entre les châtaignes (comestibles) et les marrons d’Inde (toxiques). « Même si on parle couramment de « marrons », il s’agit en fait d’une variété de grosses châtaignes cultivées pour leur consommation », explique l’agence française.

Lire aussi > 5 raisons de manger des châtaignes cet automne

Et le malentendu peut être très dangereux. Les marrons d’Inde, qui sont en fait la graine non comestible du marronnier, sont toxiques et « peuvent entraîner des troubles digestifs tels que des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, ou des irritations de la gorge ». En France, 11 % des confusions de plantes enregistrées par les centres antipoison concernent les marrons avec des châtaignes.

Le marron d’Inde est considéré comme non comestible à cause de l’esculine, substance toxique et anticoagulante. Il existe cependant bien des compléments alimentaires à base de marrons d’Inde, dépourvu de cette toxine, pour soulager les jambes lourdes et enflées, les crampes nocturnes, les démangeaisons et aussi les hémorroïdes.

Comment les distinguer ?

Afin de ne pas se tromper pendant la cueillette, il est préférable de rester attentif pour ne pas se tromper. On peut observer en premier la « capsule » qui protège les graines. Pour les châtaignes, la bogue sera brune avec de nombreux et longs piquants. Pour les marrons, elle sera verte, ornée de petits pics espacés et courts.

marron
A gauche, une châtaigne ; à droite, un marron. © Unsplash / Ricardo Gomez Angel / Pixabay / Michael Rasper

Ensuite, il faut bien examiner le fruit en lui-même. Les bogues de châtaigniers contiennent 2 à 3 petites châtaignes, aplaties avec comme des petits poils sur le dessus. Au contraire, les marrons sont généralement seuls dans leur capsule, plus gros et arrondis.

Un autre moyen de ne pas se tromper est d’observer la localisation de l’arbre et de ses feuilles. Les châtaigniers se situent dans les bois ou les forêts, avec des feuilles simples et allongées. Au contraire, les marronniers se trouvent principalement dans les villes et les parcs, avec des « petites feuilles » de forme ovale qui donnent un aspect palmé à l’arbre.

Lire aussi > Châtaigne, petite bombe d’automne aux multiples bienfaits

CIM Internet