Paris Match Belgique

Burn-out, dépression, médicaments… Les Belges et leur santé mentale

En 2017, plus de 140 000 Belges étaient absents de leur travail en raison d'un burn-out... | © ©Nik Shuliahin / Unsplash

Santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale ce jeudi 10 octobre, on fait le point sur la situation en Belgique. Où se situe notre pays dans ce secteur ?

De plus en plus de dépressions

En 2015, 15 % de la population présentaient des symptômes d’un trouble dépressif. Des chiffres qui augmentent chaque année, puisqu’en 2013 10% des Belges seulement étaient concernés. De façon générale, les femmes sont plus touchées que les hommes (18% contre 12%). Malheureusement, les jeunes ne sont pas épargnés par ce phénomène puisque 7% des adolescents souffrent de dépression. En 2015, une étude de la KU Leuven a même révélé qu’un étudiant du supérieur sur cinq court un risque de dépression. Afin d’améliorer la situation, de plus en plus d’établissements scolaires mettent en place des espaces d’aide spécialement adaptés aux plus jeunes, pour les aider à gérer leur stress au quotidien.

Lire aussi >La schizophrénie, on n’en guérit jamais mais on sait vivre avec

Qu’en est-il de la consommation des antidépresseurs?

©Sharon Mc Cutcheon

Selon les chiffres récoltés par l’émission « Question à la Une » de la RTBF, 80 millions de comprimés en plus ont été consommés ces dix dernières années. En d’autres termes, cela signifie qu’un Belge sur neuf prendrait des antidépresseurs. En 2013, déjà 1.352.378 patients étaient sous traitement pour des problèmes de dépression, soit 12,1 % de la population. L’usage d’antidépresseur n’est pas sans danger, de plus en plus de personnes présentent d’ailleurs une forme d’addiction. S’il n’existe pas de chiffres officiels sur le sujet, le phénomène serait très présent chez les seniors. Ce qui est particulièrement problématique, puisque les antidépresseurs ont des conséquences directes sur les capacités cognitives et augmentent donc de manière significative le risque de chute.

La Belgique bat des records

Selon les chiffres d’Eurostat datant de 2017, l’Union européenne compte 69 lits dédiés aux services psychiatriques pour 100.000 habitants. Un nombre qui a même tendance à diminuer d’année en année, puisqu’en 2007 on n’en comptait que 76. La Belgique, elle par contre, compte 136 lits pour 100.000 habitants, elle est donc le pays européen qui en possède le plus. En deuxième et troisième position de ce classement, on retrouve l’Allemagne avec 128 lits et la Lettonie avec 125.

Lire aussi >Comment le joint quotidien fait de vous un être psychotique

Les burn-out de plus en plus fréquents

En 2017, plus de 140 000 Belges étaient absents de leur travail en raison d’un burn-out, soit une augmentation de 39 % en cinq ans. S’il n’existe toujours pas de diagnostic officiel, le burn-out se définit comme un épuisement émotionnel directement lié à l’activité professionnelle, le différenciant ainsi de la dépression classique. Pour tenter de le détécter le plus rapidement et pour limiter ses effets néfastes sur la santé, Maggie De Block, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, a lancé en avril dernier une campagne de prévention. De cette manière, le site internet « stressburnout.belgique.be » regroupe des témoignages et des conseils à l’intention des travailleurs et des employeurs.

La schizophrénie, un phénomène aux apparences trompeuses

©Belga

La schizophrénie touche un Belge sur cent. Au total, ce sont donc quelques 120 000 Belges qui sont concernés par la maladie, soit 1% de la population. Dans 30% des cas, les patients doivent malheureusement être internés à vie. Si on observe les chiffres au niveau mondial, ce sont 0,7% des hommes et des femmes qui sont schizophrènes. Cette maladie mentale fait que les patients perçoivent des choses qui ne sont pas réelles, impactant directement leur vie émotionnelle et leur comportement. Jusqu’à présent, aucune véritable cause n’a pu être définie. Les facteurs biologiques joueraient un rôle certain dans l’apparition de la maladie. En général, la schizophrénie se déclare pour la première fois entre 15 et 30 ans, elle touche donc essentiellement les jeunes.

La Belgique, 8e pire pays du monde en matière de suicide

Selon les chiffres de l’OCDE sur les troubles de la santé mentale en Europe, la Belgique est huitième au classement mondial du taux de suicides. Notre pays est plus mauvais élève que les États-Unis et se trouve bien loin devant des pays comme l’Espagne, le Canada, l’Allemagne ou la Grèce. En Wallonie, le taux de suicides est quasiment deux fois plus important que la moyenne nationale (12 individus sur 100.000) avec 25 individus pour 100.000. Le sud du pays tire donc les statistiques belges vers le bas. Un constat qui pourrait s’expliquer par l’anxiété et le stress vécu chez les Wallons, en raison notamment, des difficultés du secteur socio-économique ces dernières années.

CIM Internet