Paris Match Belgique

Pour plus de 700 maladies, les femmes sont moins bien diagnostiquées que les hommes

Les maladies sont diagnostiquées chez les femmes bien plus tard que chez les hommes

Les scientifiques ont analysé les données de presque 7 millions de Danois, sur plus de 20 ans. | © Pixabay

Santé

En moyenne, les femmes sont diagnostiquées avec une maladie quatre ans plus tard que les hommes.

 

Selon une étude danoise, les femmes ne sont pas vraiment sur le même pied d’égalité que les hommes concernant les diagnostics médicaux. En effet, les médecins découvrent la maladie d’une femme en moyenne bien plus tard que les hommes.

Des chercheurs de la faculté de la santé et des sciences médicales de l’Université de Copenhague ont mené une étude approfondie en se servant des données provenant de l’ensemble de la population danoise. Sur une période de 21 ans (de 1994 et 2015), les scientifiques ont analysé les données de 6,9 millions de Danois, répartis en deux groupes suivant leur sexe. Ils ont ainsi constaté que de manière générale, les femmes étaient plus âgées que les hommes lorsqu’elles recevaient un diagnostic. Cet écart n’est pas une exception, et a été constaté sur plus de 770 différentes maladies. En moyenne, les femmes étaient diagnostiquées quatre ans plus tard que les hommes. Dans le cas du cancer, la différence se réduit à deux ans et demi.

Lire aussi > Pourquoi les femmes étaient-elles les premières victimes de la lobotomie en Belgique ?

« Lorsque nous examinons toutes les maladies, nous constatons une tendance à ce que les femmes, en moyenne, soient diagnostiquées plus tard que les hommes. Nous avons examiné non seulement les maladies, mais aussi le déroulement des soins procurés aux patients. Le message est que les stratégies nationales établies doivent prendre en compte cette différence. Nous ne pouvons plus utiliser un modèle de ‘taille unique’ », interpelle l’un des auteurs de l’étude, le professeur Søren Brunak.

Selon les données collectées, le trouble de déficit de l’attention était détecté en moyenne à l’âge de 14 ans chez les garçons, et à l’âge de 20 ans chez les filles. Cette différence résulte du fait que ce trouble chez les femmes se manifeste d’une manière plus calme et solitaire selon d’autres études, contrairement aux garçons qui ont un comportement plus « extériorisant ». Cette maladie n’est pas la seule. D’après une étude hollandaise de 2013, les femmes adultes autistes sont diagnostiquées 4,8 ans plus tard que les hommes. On retrouve des raisons similaires au trouble de déficit de l’attention, avec notamment des femmes qui sont plus « douées pour masquer les signes les plus courants » de l’autisme, relève un article de l’AFFA.

« Il a été surprenant de constater qu’il y a une si grande différence entre les maladies qui touchent les hommes et les femmes dans une société où, autrement, nous avons un accès égal et uniforme au système de santé », s’étonne David Westergaard, auteur principal de l’étude danoise.

Lire aussi > Des enfants autistes en quête de l’école « parfaite »

Une seule exception : l’ostéoporose

La seule maladie diagnostiquée d’abord chez les femmes est l’ostéoporose. Les femmes sont généralement diagnostiquées avec cette maladie avant d’avoir une fracture, alors que les hommes attendront généralement de se retrouver aux urgences avant d’obtenir ce diagnostic.

Les scientifiques ne connaissent pas encore les raisons de cette différence si importante en faveur du sexe masculin. Cela pourrait venir de la génétique, de l’environnement, des critères de diagnostic, ou un mélange de ces trois facteurs. Ils étudieront prochainement cette question en collaboration avec des chercheurs finlandais.

CIM Internet