Paris Match Belgique

Non, vos plantes ne dépolluent pas vraiment votre intérieur

plantes pour purifier l'air de la maison

Les plantes ne sont pas assez nombreuses pour purifier efficacement votre intérieur. | © Igor Son/Unsplash

Santé

Pourtant, on aurait bien voulu. 

 

Les articles ventant les mérites des plantes d’intérieur pour dépolluer et assainir l’air de votre maison foisonnent. Et on aurait bien voulu vous établir un top 10 des plantes à avoir chez soi pour purifier son air. Pourtant, il faut bien se rendre à l’évidence : les preuves que les plantes dépolluent l’air dans la maison ne courent pas les rues. À part une sacro-sainte étude de la Nasa publiée en 1989, rien ne justifie un tel engouement autour du pouvoir purificateur des plantes. Récemment le National Geographic s’est penché sur la question de savoir quelle est la meilleure plante pour purifier l’air de votre maison. Et la réponse est sans appel : aucune.

Lire aussi > Le « plant-swapping » : Des histoires de plantes qui s’échangent pour se mettre au vert

Des proportions inatteignables

« Il s’agit d’une idée fausse courante depuis un certain temps. Les plantes sont excellentes, mais elles n’ont en fait pas d’effet sur la qualité de l’air », a déclaré Michael Waring, professeur agrégé de génie architectural et environnemental au College of Engineering de Drexel, aux États-Unis. Avec l’un de ses étudiants, il a décidé d’analyser en profondeur une douzaine d’études réalisées ces 30 dernières années au sujet de la qualité de l’air dans les maisons. Leurs résultats, parus dans la revue Nature, tirent une conclusion principale qui semble limpide : les taux d’échange d’air naturel et la ventilation naturelle des pièces diluent la pollution contenue dans l’air beaucoup plus rapidement que les plantes ne pourraient le faire.

Les plantes ne dépolluent pas vraiment votre maison
Il faudrait beaucoup trop de plantes chez soi pour que cela ait la même efficacité qu’une fenêtre ouverte. ©Kara Eads/Unsplash

Mais alors, pourquoi une telle croyance ? Car l’étude de la Nasa portait sur les moyens de purifier l’air des stations spatiales et les études après celle-ci avaient tendance à mener leurs recherches dans des espaces clos. « Elles ont été menées dans une chambre dans un laboratoire – un environnement confiné qui a peu en commun avec une maison ou un bureau – et les données de ces études ne reflètent pas ce que les résultats seraient si l’usine était dans un véritable environnement intérieur avec échange d’air naturel ou de ventilation », explique l’université de Drexel.

Il faudrait entre 100 et 1 000 plantes par mètre carré de surface au sol pour que ce soit efficace.

Le souci dans ces études, c’est que la plante en pot a été placée dans une chambre scellée dans laquelle un seul composé organique volatil (et qui « pollue l’air ») a été inkecté. En effet, la plante contribuait à diminuer sa présence et ainsi purifier l’air. Mais l’étude menée par Michael Waring a permis de prouver que la vitesse à laquelle les plantes dissipent ce composé organique volatil est beaucoup plus lente que le taux standard d’échange d’air dans un bâtiment. Ce n’est donc pas autant la capacité des plantes à dépolluer l’air qui est remise en question que son efficacité pour les endroits aérés. En effet, selon les calculs du professeur et de son élève, « il faudrait entre 100 et 1 000 plantes par mètre carré de surface au sol pour concurrencer la capacité de purification de l’air du système de traitement d’air d’un bâtiment ou même simplement de quelques fenêtres ouvertes dans une maison ».

Heureusement qu’il existe plein d’autres bonnes raisons pour accueillir des plantes dans sa maison.

CIM Internet